21 novembre 2012

RTE engage la consultation sur le développement à dix ans de son réseau

RTE rend publique une nouvelle édition du projet de schéma décennal de développement du réseau de transport d’électricité, conformément aux missions qui lui sont confiées par le législateur. La transition énergétique, quelles que soient les conclusions qui seront issues du débat à venir, entraînera une mutation importante du paysage énergétique, ne serait-ce que par le changement de répartition géographique des moyens de production. Le réseau de transport devra être renforcé afin de relier les nouveaux moyens de production aux zones de consommation.

Par ce schéma, RTE entend anticiper et consulter en toute transparence sur les besoins de développement de son réseau.

schéma décennal 2012

Par cette démarche prospective, RTE anticipe à moyen et long terme les besoins de développement de son réseau au regard de l’évolution des flux d’électricité d’ici 2025-2030. A horizon des dix années à venir, l’ensemble des zones où il convient de renforcer les infrastructures sont identifiées. A horizon des 3 années à venir, les équipements de réseau à mettre en service à cette échéance sont répertoriés.

La stratégie d’investissements de RTE dépend en partie de l’évolution du mix électrique qui sera décidée au terme du débat national sur la transition énergétique. C’est pourquoi RTE soumet ce document à consultation dans sa version « projet ». Contribution à ce débat, le document intégrera les remarques exprimées, avant d’être transmis aux autorités compétentes.

Quelles que soient les options énergétiques retenues, un socle important d’ouvrages de réseau de transport sera à restructurer ou à réaliser, pour maintenir la sécurité d’alimentation électrique du pays et des territoires, poursuivre l’amélioration de la qualité de fourniture et accueillir les nouveaux moyens de production, notamment renouvelables. L’évolution du mix énergétique entrainera un changement important de la répartition géographique des moyens de production.

D’ici trois ans, environ 70 nouvelles lignes, majoritairement souterraines

Le plan de développement à 3 ans (pour les mises en service 2013 à 2015) prévoit la création de 63 liaisons souterraines pour un total de 73 lignes électriques. 700 km de nouvelles liaisons souterraines sont prévues. Ce plan comporte au total 170 projets majeurs : liaisons souterraines, lignes aériennes, postes ou autres équipements programmés sur cette période.

Dans la continuité des investissements déjà programmés, c’est environ 1,5 milliard d’euros par an que RTE entend consacrer sur cette période en investissements industriels de développement du réseau, mais aussi de renouvellement et d‘amélioration de la résistance mécanique des ouvrages pour renforcer la sécurité d’alimentation et la qualité de fourniture.

D’ici dix ans, plus de 2000 km de lignes à très haute tension

De nombreux équipements sont à réaliser pour adapter le réseau aux défis de la mutation du paysage énergétique. Il s’agit d’un socle d’investissements invariant, qui sera complété par les besoins nouveaux qui pourraient ressortir à l’issue du débat sur la transition énergétique et, le cas échéant, des Schémas régionaux de raccordement des énergies renouvelables. Par nature même, l’électricité générée par le vent et le soleil est intermittente. Faute de capacités de stockage disponibles à grande échelle, le renforcement du réseau permettra la meilleure valorisation de ces nouvelles sources d’énergie propre.

D’ici 2020, ces investissements de RTE représentent environ 15 milliards. En termes de nouvelles infrastructures, ceci constitue : 800 à 1 000 km de nouvelles routes en courant continu souterraines et sous-marines et les stations de conversion associées ; 1 000 à 2 000 km de renforcement de réseau électrique existant ou de nouveaux circuits en courant alternatif aérien 400 000 volts  en substitution d’ouvrages existants ; environ 400 km de liaisons souterraines 400 et 225 000 volts ; 15 à 20 nouveaux postes d’aiguillage et de transformation 400 000 volts ; plus de 10 000 MVA de puissance de transformation additionnelle entre le réseau 400 000 volts de grand transport et les réseaux de tension inférieure.

Le coût du transport représente environ dix pour cent de la facture d’électricité d’un consommateur domestique, alors que le réseau permet des économies très supérieures grâce à l’optimisation des coûts de production qu’il permet.

D’ici à 2030, 35 à 50 milliards d’euros d’investissements en fonction du mix énergétique français

D’ici à 2030, selon les scénarios, RTE estime que 35 à 50 milliards d’euros d’investissements sur le réseau de transport sont à réaliser. Sur ce montant, 5 milliards d’euros portent sur le renforcement des interconnexions électriques avec les pays voisins, et 5 à 10 milliards d’euros pour accompagner la transition énergétique.  

De nombreux projets : européens, nationaux et régionaux

Les interconnexions permettent à l’Europe d’absorber des variations très importantes et très rapides des transits d'électricité et mutualisent largement les moyens de production disponibles. De plus, la France, au carrefour géographique des réseaux européens, est impactée par les fortes évolutions que connaissent ses voisins comme l’Allemagne, l’Espagne ou l’Italie. L’accroissement des capacités d’échange avec l’Espagne, le renforcement des échanges trans-Manche et avec le Benelux et l’Allemagne s’inscrivent dans ce cadre.

D’autres décisions seront aussi à prendre dès 2013, à l’issue du débat national, pour passer notamment le cap de 2022, date à laquelle la transformation du paysage électrique va s’accélérer. Parmi les travaux importants nécessaires pour rééquilibrer le réseau électrique français, citons, par exemple, la restructuration des liaisons du Massif Central, le renforcement du réseau dans le Grand Est de la France ainsi qu’entre la Normandie et le Sud Parisien.

Par ailleurs, le réseau de transport continuera de fluidifier les transits interrégionaux et de faciliter les secours mutuels entre les régions françaises, à l’instar des « filets de sécurité » engagés en Bretagne et en région PACA. Avec le remplacement des centrales les plus anciennes, notamment thermiques, et le développement des énergies renouvelables, l’amplitude et la volatilité des flux augmentent, notamment entre le nord et le sud de la France. Outre la modernisation des lignes aériennes en vallée du Rhône, entre Montélimar et Lyon déjà engagée, RTE prévoit de reconstruire les axes anciens du nord de la France (par exemple entre Lille et Arras ainsi qu’entre Charleville-Mézières et Reims) pour permettre le triplement des capacités, et propose de créer un nouveau lien électrique - par la Méditerranée - entre le Languedoc et la Provence.

schéma décennal 2012
  •  
  •