Favoriser la fluidité des échanges

Accroître les volumes d’électricité échangeables

Pour comprendre

Désormais, le marché de l’électricité est européen. Son architecture a été pensée pour que les acteurs de marché puissent échanger, optimiser leur portefeuille, couvrir leurs risques, anticiper leurs positions… En un mot : faire fonctionner efficacement les centrales de production et les réseaux en lien avec les sites de consommation. Au carrefour des réseaux de transport d’électricité à l’ouest du continent, RTE joue un rôle moteur pour accélérer la fluidité des échanges. Objectifs : sécuriser son approvisionnement, comme celui des pays voisins; bénéficier d’une électricité à moindre coût grâce à la complémentarité des mix de production et des habitudes de consommation des différents pays.

Ainsi, les échanges entre la France, l’Espagne, l’Italie, le Royaume-Uni, l’Allemagne, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas se font en temps réel et dans les deux sens, sécurisant l’approvisionnement de chaque pays.

Renforcer les capacités d’interconnexions frontalières

Il s’agit tout d’abord de fournir un cadre «physique» aux échanges, en développant les liaisons transfrontalières. Leurs rôles : renforcer et sécuriser les capacités d’importation/exportation entre pays européens. La France possède déjà 50 liaisons transfrontalières avec les 6 territoires limitrophes. Et nous avons engagé plusieurs projets de nouvelles lignes.

Avec notre homologue italien TERNA, nous avons lancé en 2013 le chantier de la ligne Savoie-Piémont, soit 119 km de liaison à courant continu entièrement souterraine. Objectif : apporter une réponse durable à la saturation des capacités d’échanges entre la France et l’Italie. Dès 2019, cette nouvelle ligne et l’amélioration du réseau existant permettront d’accroître de 60% les capacités d’interconnexion actuelles. Autre projet aux enjeux d’envergure : la liaison souterraine transpyrénéenne de 65 km avec l’Espagne qui permet depuis 2015 de doubler les capacités et d’optimiser l’utilisation de la forte production éolienne ibérique.

Cinq autres liaisons à courant continu sont à l’étude avec l’Espagne, par le golfe de Gascogne, avec l’Irlande et avec la Grande-Bretagne. Des renforcements d’ouvrages d’interconnexion avec la Belgique, l’Allemagne et la Suisse doivent permettre d’augmenter les capacités d’échange avec ces pays.

Notre bilan prévisionnel a identifié un quasi-doublement des besoins de nouvelles capacités de liaisons frontalières : 28 GW dans le scénario du nouveau mix électrique (part du nucléaire ramenée à 50%), contre 15 GW actuellement.

Décloisonner les réseaux grâce au mécanisme de couplage

La fluidification des échanges passe également par le décloisonnement des marchés au travers du mécanisme de couplage. Cette méthode est mise en œuvre conjointement par les bourses de l’électricité et les gestionnaires des réseaux de transports européens. Elle vise à optimiser l’utilisation des capacités transfrontières disponibles et à faciliter la convergence des prix sur la zone géographique couplée.

En 2014, une nouvelle étape a été franchie avec l’extension du couplage de la zone Centre-Ouest de l’Europe (France, Allemagne et Benelux), d’une part, à la Grande-Bretagne et aux pays Scandinaves, d’autre part, à l’Espagne et au Portugal. Désormais, les transactions journalières (allocation de capacités, prix…) et les moyens de production sont couplés sur une zone qui représente 75% de la consommation d’électricité européenne. L’extension du couplage au nord-ouest a mobilisé la coopération de 13 gestionnaires de réseaux, dont RTE, et de 4 bourses de l’électricité, et nécessité plus de 10 mois de test.

Le couplage des marchés est une étape intermédiaire vers un mécanisme amélioré de calcul et d’allocation des capacités d’échanges d’électricité : «le couplage des marchés flow based», actuellement en phase expérimentale.

Ouvrir le marché à tous les acteurs

Le dispositif de Responsable d’Équilibre (RE), mis en place par RTE, offre l’opportunité aux consommateurs, producteurs, commercialisateurs ou traders, de procéder à tous types de transactions commerciales sur le marché français de l’électricité. En devenant Responsable d’Équilibre, il est possible de foisonner dans un même périmètre les écarts liés aux aléas de production et de consommation de ses clients.

Pour aller plus loin

Un guichet unique pour fluidifier les échanges entre 5 pays d’Europe

La société CASC.EU (Capacity Allocating Service Company - Centre de services d’allocation des capacités pour le marché de l’électricité), créée en 2007, a constitué une étape importante dans l’intégration des marchés de l’électricité en Europe. Elle agit comme point central et est chargée d’implémenter et de faire fonctionner les services liés à l’allocation de capacités de transport d’énergie sur les frontières du centre-ouest de l’Europe (France, Allemagne, Pays-Bas, Belgique et Luxembourg), de l’Espagne, de l’Italie, du nord de la Suisse et de certaines frontières scandinaves. Les échanges transfrontaliers d’énergie sont désormais simplifiés et fluidifiés via la standardisation des systèmes et des règlements. CASC.EU agit comme un guichet unique, chargé de mettre en œuvre et de faire fonctionner les enchères liées à l’allocation annuelle et mensuelle de la capacité de transport d’énergie, aux frontières communes entre les pays précités et à partir de systèmes et de règles normalisés.

 

Les points essentiels

  1. 1

    Fournir un cadre «physique» aux échanges, en développant les liaisons frontalières.

  2. 2

    Optimiser l’utilisation des capacités transfrontières disponibles.

  3. 3

    Faciliter la convergence des prix sur les zones géographiques couplées.

  4. 4

    Ouvrir le marché à tous les acteurs.

  1. 3 000 MegaWatts

    C’est la puissance supplémentaire qui aurait été nécessaire à la France pour couvrir sa consommation maximale si nous n’avions pas recours aux importations d’électricité.

  2. Soit la production annuelle de deux réacteurs nucléaires EPR.

Découvrez également

Article

Bilans électriques nationaux

RTE élabore et publie chaque année un Bilan électrique, qui dresse une vision globale du système électrique sur l’année écoulée.
Projet

S3REnR Hauts-de-France, un schéma pour mieux raccorder les énergies renouvelables

Du 1er juin au 13 juillet 2017, apportez vos observations et propositions sur le projet
Article

Venez construire avec nous le réseau de l’intelligence électrique

Jeune diplômé ou professionnel expérimenté, découvrez 5 bonnes raisons de nous rejoindre.