Préserver l'équilibre offre demande

Mettre en œuvre tous les leviers pour assurer l’équilibre

Pour comprendre

L’électricité est une énergie vitale pour l’économie et les territoires, mais à grande échelle, elle ne se stocke pas. Pointe de consommation, incident sur une unité de production ou sur un ouvrage du réseau, ou encore fluctuation de production d’énergie renouvelable… Notre métier est d’assurer l’équilibre entre l’offre et la demande. Pour ce faire, nous nous appuyons sur notre connaissance des capacités et des besoins et déployons toute notre expertise afin de mettre en œuvre des leviers et préserver cet équilibre indispensable.

L’anticipation, cœur de notre organisation

La maîtrise de l’équilibre offre-demande est une mission que nos équipes anticipent très longtemps à l’avance. D’une saison sur l’autre, nous établissons des prévisions sur la base d’historiques annuels de consommation et des informations de Météo France. C’est le rôle de nos 200 ingénieurs d’étude et prévisionnistes. Ces prévisions sont recoupées avec les capacités des producteurs d’électricité, à court, à moyen et à long terme. Elles sont régulièrement actualisées, jusqu’à la veille pour le lendemain. Objectifs : disposer de marges de sécurité suffisantes et mobilisables en temps réel et réaliser les actions permettant d’équilibrer le système.

Tous les deux ans, nous publions également un Bilan prévisionnel pluriannuel de l'équilibre offre-demande d'électricité en France. Il donne une vision d’ensemble de l’évolution du système électrique, à 5 ans et au-delà.

Des mécanismes de marchés pour accroître la flexibilité du réseau

Lorsque des écarts sont constatés entre l’offre et la demande, des solutions existent pour rétablir cet équilibre en temps réel. Les outils de marché font partie des solutions qui peuvent y contribuer. Le mécanisme d’ajustement permet, par exemple, de faire appel aux producteurs connectés au réseau pour qu’ils adaptent rapidement leur production, à la hausse ou à la baisse. De façon équivalente, les consommateurs peuvent agir sur la demande en optant pour «l’effacement». Autrement dit ne pas consommer d’électricité durant une certaine période ou reporter leur demande pour soulager les tensions sur l’équilibre. Dans le cadre de notre offre de services, nos clients peuvent valoriser cette capacité de modulation. En tant qu’architecte du marché de l’électricité, nous développons sans cesse de nouveaux outils de marché innovants pour accroître la flexibilité de notre réseau.

 

Équilibre offre-demande : une mission de tous les instants

  1. 1

    Anticiper, avec des prévisions établies à un an, corrigées en temps réel

  2. 2

    Disposer de marges de sécurité suffisantes et mobilisables en temps réel

  3. 3

    Agir en temps réel pour moduler la production ou la consommation (mécanismes de marché) et mobiliser les capacités d’échanges transfrontalières

  1. 102 098 MW

    C’est le pic de consommation atteint le 08/02/2012 à 19 h 01

  2. En hiver, la pointe de consommation a lieu le soir vers 19 heures; la baisse d’1 °C de la température entraîne une augmentation de la consommation de 2 300 MW (soit la consommation Paris intra-muros).

Points clés

  • La fréquence, un indicateur de pilotage pour le système électrique européen

    En Europe, le transport de l’électricité s’effectue en courant alternatif de 50 Hertz (Hz), la fréquence est une grandeur commune entre les pays. On parle de zone synchrone dont le point d’équilibre est à 50 Hz. S’il y a plus de demande que d’offre, la fréquence baisse. A contrario, si l’offre est supérieure à la demande, la fréquence augmente. Les dispacheurs sont très attentifs à la valeur de la fréquence.

Pour aller plus loin

L’Europe de l’électricité au service du secours mutuel entre les pays…

Maillons de l’équilibre entre l’offre et la demande, les liaisons transfrontalières contribuent à sécuriser l’approvisionnement en France et en Europe, et à optimiser l’utilisation des différentes sources d’énergie au niveau européen. Plus les réseaux s’étendent, plus il devient intéressant de renforcer les capacités de secours mutuel entre les pays. Ainsi, à tout moment, selon les demandes en électricité, le réseau peut recourir à l’énergie la moins chère et la plus propre. Nous veillons à ce que les contrats commerciaux d’échange d’électricité établis entre les acteurs du marché restent compatibles avec la sûreté d’alimentation du territoire français.

… et de leur performance économique

Le marché européen de l’électricité est également un outil de performance économique pour nos clients et le consommateur final. Les acteurs du marché peuvent y acheter de l’électricité dans les zones excédentaires et la revendre à moindre coût dans les zones déficitaires. Il permet aussi à RTE de faire jouer la complémentarité entre les différentes sources d’énergie. En sollicitant les sources de production, de la moins chère à la plus chère : d’abord la production qui est perdue si elle n’est pas utilisée (hydroélectricité des rivières, éolien, photovoltaïque); puis, le nucléaire; et enfin, les centrales thermiques fossiles.

Le dispositif d’ajustement de RTE

Pour chaque saison comme d’un jour à l’autre, le dispatching national de RTE établit des prévisions. L’objectif est de vérifier que la production française sera suffisante pour couvrir la demande en électricité du pays. Dans ce contexte, RTE veille à disposer d’une marge suffisante. Cette marge correspond au volume d’électricité nécessaire pour faire face aux aléas et compenser les écarts éventuels entre production et consommation. Il s’agit soit d’une capacité de production française à l’arrêt, qui peut démarrer dans un délai donné, soit d’un volume d’électricité qu’un industriel français est prêt, temporairement, à ne pas consommer ou à reporter. C’est ce qu’on appelle «effacer» sa consommation d’électricité.

En temps réel, les dispatchers disposent d’une vision globale de l’énergie produite, consommée et échangée de/vers la France. Ainsi, ils repèrent d’éventuels écarts entre production et consommation. Ces écarts peuvent être liés à un décalage de la situation réelle avec les prévisions, à une augmentation très forte de la consommation d’électricité à cause du froid, ou à la panne d’un groupe de production…

En cas d’aléa, dans le cadre du mécanisme d’ajustement, les dispatchers peuvent mobiliser les volumes d’électricité inclus dans les marges disponibles. Pour compenser les écarts, ils agissent en temps réel sur :

  • la production (demande de modification du programme d’une unité de production, à la hausse ou à la baisse),
  • la consommation (demande à un consommateur industriel de réduire temporairement sa consommation).

Qui peut être acteur du mécanisme d’ajustement ?

Ce dispositif est ouvert à tous les acteurs français capables de mettre à disposition de l’électricité. Il s’agit de producteurs et de consommateurs (le plus souvent industriels), dont la production ou la consommation est «maîtrisable», c’est-à-dire qu’elle peut être commandée.

Lorsqu’un industriel fait part à RTE de son souhait de participer au mécanisme d’ajustement, il doit tout d’abord signer un accord de participation.

Quelques conditions simples doivent être remplies :

  • offrir un volume supérieur à 10 MW (soit l’équivalent de 1/50e de la consommation d’électricité de Toulouse intra-muros),
  • être joignable pour recevoir les ordres d’ajustement venant de RTE,
  • pouvoir mettre à disposition les éléments de contrôle des ajustements demandés.

L’acteur d’ajustement est rétribué en fonction du prix de son offre de production ou d’effacement.

 

Découvrez également

Article

Bilans électriques nationaux

RTE élabore et publie chaque année un Bilan électrique, qui dresse une vision globale du système électrique sur l’année écoulée.
Projet

S3REnR Hauts-de-France, un schéma pour mieux raccorder les énergies renouvelables

Du 1er juin au 13 juillet 2017, apportez vos observations et propositions sur le projet
Article

Venez construire avec nous le réseau de l’intelligence électrique

Jeune diplômé ou professionnel expérimenté, découvrez 5 bonnes raisons de nous rejoindre.