Accueillir les énergies renouvelables sur notre réseau

Transporter l’énergie du vent et du soleil

Pour comprendre

La réussite de la transition énergétique repose notamment sur le développement massif des énergies renouvelables (EnR). Pour les intégrer dans le système électrique, RTE doit relever un double défi. Il s’agit tout d’abord de gérer une production inégalement répartie sur le territoire, puis de compenser l’intermittence des énergies éolienne et solaire, par nature dépendantes des conditions météorologiques. Ceci tout en maintenant l’accès à une alimentation électrique de qualité, économique et propre.

Gérer une production électrique variable

Contrairement aux centrales hydrauliques ou thermiques, la production éolienne et photovoltaïque varie au cours d’une même journée. Dans un laps de temps très court, la puissance fournie peut chuter ou s’accroître fortement. Le réseau de transport d’électricité doit être flexible et extrêmement réactif pour gérer ces variations, optimiser l’afflux de courant électrique lorsque les fermes solaires fonctionnent à plein rendement, ou au contraire compenser la baisse de production.

Cette variabilité nous conduit donc à adapter les modes de gestion du système électrique, avec deux objectifs : être capables de mieux mutualiser la production et la consommation d’électricité au niveau national comme européen ; et adapter production et consommation pour compenser l’intermittence des EnR. Tel est le rôle des mécanismes de marché.

S’adapter à la nouvelle géographie de la production

Dans le cadre des objectifs fixés par l’Union européenne, la France s’est engagée à porter à 23% la part des énergies renouvelables (EnR) dans le mix énergétique d’ici 2020. Dans le même temps, la part du nucléaire devra être réduite à 50%. Il en découle une nouvelle répartition géographique de la production électrique, marquée par de fortes disparités entre les territoires. D’autant plus que le potentiel de développement des EnR est également très inégal selon les régions. La solidarité électrique entre les territoires sera donc, plus que jamais, importante.

Notre réseau, densément maillé, est conçu pour mutualiser les ressources de production au niveau national et européen. Préserver la sécurité d’alimentation et la solidarité entre les régions implique une planification des nouveaux besoins en infrastructures. C’est tout l’enjeu de notre participation à la définition des politiques publiques de l’énergie.

Mutualiser la production et la consommation à l’échelle européenne

La transition énergétique accentue la nécessité de coopération européenne. En effet, les différences climatiques entre le sud et le nord de l’Europe nécessitent de multiplier les échanges à grande distance. C’est pourquoi nous sommes engagés dans la construction du marché européen de l’électricité. Avec deux défis : construire de nouvelles liaisons transfrontalières et étendre le couplage des marchés.

 

4 défis pour RTE

  1. 1

    Raccorder les nouveaux sites de production au réseau.

  2. 2

    Modifier les modes de gestion du système électrique.

  3. 3

    Renforcer la solidarité entre les territoires et les pays.

  4. 4

    Accélérer le développement du marché européen de l’électricité.

  1. 9 100 MW

    La puissance éolienne raccordée cumulée en 2015 est de 10 300 MW. Pour la première fois en 2015, l'énergie électrique produite par les énergies renouvelables (hors hydraulique) dépasse en niveau, celle produite par le parc thermique à combustible fossile. Le solaire et l'éolien représentent désormais 38% des capacités de production d'électricité renouvelable en France métropolitaine.

  2. La progression de la puissance éolienne raccordée depuis décembre 2014 est de 895 MW.

Impact d'une éclipse solaire sur le système électrique européen

Une éclipse solaire affecte la production photovoltaïque. En fonction de la météo, cette réduction peut représenter jusqu'à 10% de la consommation d'électricité européenne. Comment compenser cette baisse et éviter des coupures d'électricité?

Points clés

  • Zones propices au développement des EnR

    Les régions les plus propices à la production des EnR ne correspondent pas forcément aux lieux de forte consommation. D’où l’enjeu d’acheminer, grâce au réseau de transport, l’électricité produite jusqu’au consommateur final.

Pour aller plus loin

Participer à la planification du développement des EnR dans les régions

Pour une même énergie produite sur l’année, il faut installer une puissance totale de production plus élevée, 3 à 4 fois pour l’éolien et 10 fois pour le photovoltaïque, que pour des centrales pilotables (centrale au gaz ou biomasse par exemple). La raison ? La très grande variabilité de la production. Le développement des EnR ne s’improvise pas. C’est pourquoi une réflexion collective, associant RTE, a été lancée dans chaque région. Au final, il s’agit d’élaborer deux types complémentaires de schémas de planification.

Les Schémas Régionaux du Climat de l’Air et de l’Énergie (SRCAE) :

Les SRCAE déclinent régionalement les objectifs environnementaux définis aux niveaux européen et national.

Ils sont élaborés conjointement par le préfet de région et le président du conseil régional, en association avec les collectivités locales, leurs groupements, ainsi que le public au travers d’une consultation.

Ils définissent des objectifs quantitatifs et qualitatifs de développement de la production EnR, aux horizons 2020 et 2050.

Les unités régionales de RTE participent aux comités techniques chargés de l’élaboration des SRCAE pour :

  • analyser les potentiels d’EnR évalués par les régions,
  • préciser les capacités d’accueil du réseau existant,
  • partager son expérience des raccordements déjà mis en œuvre avec d’importants producteurs d’énergies renouvelables.

Les Schémas Régionaux de Raccordement au Réseau des Énergies renouvelables (S3REnR) :

La loi prévoit que le gestionnaire du réseau public de transport (RTE) élabore, en accord avec les gestionnaires des réseaux publics de distribution et après avis des autorités concédantes, un schéma régional de raccordement au réseau des énergies renouvelables (S3REnR).

Ces schémas sont basés sur les objectifs fixés par les SRCAE et doivent être élaborés dans un délai de 6 mois après leur approbation.

Ils comportent essentiellement :

  • les travaux de développement (détaillés par ouvrages) nécessaires à l’atteinte de ces objectifs, en distinguant création et renforcement ;
  • la capacité d’accueil globale du S3REnR, ainsi que la capacité d’accueil par poste ;
  • le coût prévisionnel des ouvrages à créer (détaillé par ouvrage) ;
  • le calendrier prévisionnel des études à réaliser et procédures à suivre pour la réalisation des travaux.

RTE a anticipé la publication des premiers SRCAE en organisant, dès avril 2012, la transversalité des métiers concernés dans toutes ses équipes. En région, la quasi-totalité de nos équipes chargées des études s’est ainsi mobilisée pour la préparation des S3REnR.

Consulter les SRCAE et les S3REnR déjà approuvés

 

Découvrez également

Article

Bilans électriques nationaux

RTE élabore et publie chaque année un Bilan électrique, qui dresse une vision globale du système électrique sur l’année écoulée.
Projet

France - Espagne : création d’une nouvelle interconnexion souterraine de 65 km

Intégrer le marché ibérique au marché électrique européen et stimuler le développement économique du Roussillon.
Article

Venez construire avec nous le réseau de l’intelligence électrique

Jeune diplômé ou professionnel expérimenté, découvrez 5 bonnes raisons de nous rejoindre.