France - Espagne : création d’une nouvelle interconnexion souterraine de 65 km

Sommaire

L'actualité du projet

Inauguration de la nouvelle interconnexion électrique France-Espagne
20-02-2015

Réseau de Transport d’Electricité (RTE) et Red Electrica de España (REE) réalisent une prouesse technologique au service d’une électricité plus sûre, plus compétitive et plus verte en Europe

Manuel Valls, Premier ministre français, et Mariano Rajoy, Président du Gouvernement espagnol, ont inauguré le 20 février 2015, à Montesquieu-des-Albères (Pyrénées-Orientales), la nouvelle interconnexion électrique entre la France et l’Espagne, en...

Les points clés

  1. 1

    Doubler la capacité d’échange d’électricité entre la France et l’Espagne

  2. 2

    Profiter au maximum de l’électricité issue des sources d’énergie renouvelables

  3. 3

    Assurer la sécurité de l’approvisionnement en électricité pour les habitants du Roussillon et de l’Ampurdán

  4. 4

    Intégrer le marché ibérique au marché électrique européen

  5. 5

    Stimuler le développement économique de la région

  6. 6

    Alimenter le train à grande vitesse en Espagne

Nouvelle liaison souterraine

Nouvelle Liaison souterraine

En 2015, une nouvelle liaison souterraine à très haute tension a été mise en service entre la France et l’Espagne. Elle renforce la sécurité d’approvisionnement électrique des deux pays et permettra également d’intégrer davantage de production EnR.

La péninsule ibérique possédait l’un des taux d’interconnexion les plus bas de l’Union européenne, c'est-à-dire qu’elle ne pouvait importer ou exporter qu’une très faible quantité d’énergie, ce qui limitait ses possibilités d’aider ou d’être aidée en cas de défaillance sur un système électrique. Cette nouvelle ligne a permis de doubler le niveau d’interconnexion entre la France et l’Espagne, qui est passé de 1,4 GW à 2,8 GW, ce qui reste inférieur aux 10% minimum que recommande l’Union européenne.

Pour bâtir et mettre en fonctionnement cette nouvelle liaison entre la France et l’Espagne une filiale a été spécialement créée : Inelfe (INterconnexion Électrique France-Espagne). Elle est née à la suite de l’accord de Saragosse, conclu le 27 juin 2008 entre les gouvernements espagnol et français pour construire la liaison électrique transfrontalière et accroître la capacité d’échange d’énergie entre les deux pays.

Des enjeux forts pour le développement des EnR

La liaison entre la France et l’Espagne répond à des enjeux majeurs pour les deux pays en termes de développement d’énergie renouvelable. Au cours de ces dernières années, l’Espagne et la France ont développé la production et l’utilisation des nouvelles énergies, et plus particulièrement l’énergie éolienne. L’augmentation de la production d’énergies renouvelables, très variable et dispersée géographiquement, exige un haut niveau d’interconnexion. La capacité d’échange d’électricité entre deux pays augmente leur possibilité d’utiliser les énergies renouvelables dans des conditions de sécurité optimisées. Un niveau d’interconnexion limité freine donc le développement des énergies renouvelables.

Favoriser la solidarité franco-espagnole

Les liaisons transfrontalières sont essentielles pour garantir la sécurité de l’approvisionnement électrique des pays, puisqu’elles permettent d’exporter de l’énergie dans les moments de forte production et de faible demande (par exemple la nuit). Inversement, elles permettent d’importer de l’électricité lors de soudaines hausses de la demande ou en cas de défaillance du système électrique.

L’augmentation de la capacité d’interconnexion entre la France et l’Espagne a permis donc de renforcer l’ensemble du réseau électrique européen et, ainsi, de mieux faire face aux défaillances. De ce fait, la qualité et la sécurité de l’approvisionnement des deux pays se sont  considérablement améliorées, plus particulièrement dans les régions du Roussillon en France, et de l’Ampurdán en Espagne.

En outre, la nouvelle ligne sert à alimenter la Ligne à Grande Vitesse mise en place en Espagne sans affecter la stabilité de l’approvisionnement de la zone concernée. En effet, le passage d’un TGV, gros consommateur d’électricité, peut provoquer des chutes de tension si le réseau manque de puissance.

Le projet en bref

Longue de 64,5 km, la nouvelle ligne relie les communes de Santa Llogaia (près de Figueras, en Espagne) et Baixas (près de Perpignan, en France). Le tracé est entièrement souterrain et suit les infrastructures existantes, comme l’autoroute AP-7 et la ligne à grande vitesse (LGV) entre Figueras et Perpignan. Le tronçon qui traverse les Pyrénées par la chaîne des Albères, long de 8,5 km, passe dans une galerie technique alors que le reste de la ligne est mise en souterrain au moyen de tranchées.

En raison de sa longueur et de ses particularités, cette liaison est en courant continu. C’est pourquoi le projet comprenait également la construction de stations de conversion, à Santa Llogaia et à Baixas, qui transforment le courant continu en courant alternatif. Ces stations utilisent la technologie innovante VSC (Voltage Source Converter), qui permet d’inverser le sens du courant de la ligne de façon très rapide. La mise en service de la liaison transfrontalière est effective depuis le 5 octobre 2015.

L’investissement, environ 700 M€, a été supporté à 50% par RTE et à 50% par REE (Red Eléctrica de España), via leur société commune Inelfe (INterconnexion Électrique France-Espagne) L’interconnexion a été déclarée «Projet d’intérêt européen» et a été financée par l’Union européenne à hauteur de 225 M€ maximum dans le cadre du programme EEPR (European Energy Program for Recovery). Il a également bénéficié d’un prêt de la Banque européenne d’investissement de 350 M€ consenti à RTE et à REE.

Préserver l’environnement, une priorité

L’organisation du chantier de génie civil a intégré l’ensemble des contraintes liées aux activités viticoles et agricoles (cultures maraîchères) ainsi que celles liées aux périodes de préservation des espèces protégées (faune et flore). Un état des lieux a été réalisé sur le bâti des habitations potentiellement exposées aux nuisances du creusement du tunnelier. Des enregistreurs ont été mis en place afin de vérifier le respect des niveaux de bruit et de vibrations.

5 hectares de milieux naturels affectés par les travaux ont été reconstitués à la périphérie du poste électrique de Baixas et au niveau de la galerie technique. Au niveau de la station de conversion au poste de Baixas, un traitement paysager d’environ 8 hectares (plantation d’espèces les plus courantes dans la région), dont près de 4 hectares destinés à la vigne, favorise une insertion adaptée à l’environnement existant.

Enfin, une acquisition foncière d’environ 13 hectares a été réalisée pour compenser et réinsérer les espèces protégées : les terrains ont été spécialement aménagés et un suivi écologique est engagé. De nombreuses espèces protégées sont concernées, essentiellement parmi la faune (batraciens, insectes, avifaune).

Étapes du projet

Concertation
Enquête publique
Déclaration d’utilité publique
Projet détaillé et début des travaux
Mise en service

Avant le chantier et afin de répondre à la demande de la Commission Nationale du Débat Public, une large concertation a été engagée par Inelfe, avec les élus locaux, les associations et les riverains. Au total, ce sont 181 engagements qui ont été pris par Inelfe suite à cette concertation, aux discussions avec les riverains, ainsi qu’aux différentes phases d’instruction administrative du dossier : demande de déclaration d’utilité publique, Natura 2000, loi sur l’eau, mesures vis-à-vis des espèces protégées. Le chantier s’est inscrit naturellement dans une démarche d’intégration environnementale et de participation au développement économique de la région.

2010

2011

Les travaux de percement de la galerie technique destinée à accueillir l’interconnexion électrique entre la France et l’Espagne, ont pris fin le 22 avril 2013, avec la rencontre sous les Pyrénées du tunnelier espagnol Alberas et de son jumeau français Canigou. Longue de 8,5 km et située juste à côté du tunnel de la ligne ferroviaire à grande vitesse, la galerie technique, percée entre les communes de la Junquera en Espagne et de Montesquieu-des-Albères en France, permet à la ligne de 320 000 volts de relier électriquement l’Espagne à la France, avec un impact environnemental minimal.

2015

Visite virtuelle

Visite interactive du projet

Visite interactiveDécouvrez la visite interactive de ce projet exceptionnel : parcourez les images, les vidéos, et tous les détails qui font de cette réalisation, une véritable innovation pour le transport d'électricité.

Cliquez ici pour débuter la visite...

no-image
no-video
1