Eolienne parc d'Ablis
Eolienne parc d'Ablis

Bilan de la phase 1 de l’étude « Futurs énergétiques 2050 » - 6 scénarios envisagés à l’étude pour atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050

Transition énergétique
arrow
RTE publie, ce mardi 8 juin, le rapport d’étape de l’étude sur l’évolution du système électrique intitulée « Futurs énergétiques 2050 ». Une première phase de l’étude a été achevée au premier trimestre 2021 qui a permis de déterminer les principaux scénarios à étudier selon 4 cadrans : technique, économique, environnemental et d’impact sur les modes de vie.
Paragraphes

Dans le cadre de cette première phase, une consultation publique a été lancée en janvier 2021. 4 000 réponses provenant d’institutions, de collectifs ou de particuliers ont été récoltées.


Cette consultation a donné lieu à la définition de 6 scénarios permettant l’atteinte de la neutralité carbone à l’horizon 2050 à analyser. Ces scénarios présentent des points communs : baisse de la consommation d’énergie, augmentation de la part d’électricité, recours aux énergies renouvelables ; mais également des différences importantes : rythme et évolution de la structure de la consommation d’électricité, avenir du nucléaire, rôle de l’hydrogène, etc.


La phase 2 du rapport consiste à la simulation des scénarios selon les différentes variantes afin de préciser les impacts de chacun sur les efforts techniques à mettre en place, sur le coût économique, sur l’environnement et sur les modes de vie des citoyens. Les résultats donneront lieu à un rapport final détaillé, Futurs Energétiques 2050, prévu pour l’automne 2021.


La méthodologie du rapport est vérifiée par un conseil scientifique dont les avis seront publics. Ce Conseil scientifique est composé de :

  • Laurence BOONE, économiste en chef de l’OCDE,
  • Pierre CAYE, philosophe, directeur de recherche au CNRS, directeur du centre Jean Pépin à l’Ecole normale supérieure,
  • Jean-Michel GLACHANT, économiste, directeur de la Florence School of Regulation à l’Institut universitaire européen de Florence,
  • Christian GOLLIER, économiste, directeur général de Toulouse School of Economics,
  • Jan-Horst KEPPLER, économiste, professeur à l’Université Paris-Dauphine,
  • Dominique ROUILLARD, architecte et historienne de l’art, professeure à l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture Paris-Malaquais,
  • Robert VAUTARD, climatologue, directeur de l’Institut Pierre-Simon Laplace, auteur sélectionné pour le 6ème rapport du GIEC.