Vignette
Image
photo_alexandra_m
En-tete
Image
photo_alexandra_m

Covid-19 : Un stage en plein confinement

Institutionnel
arrow
Étudiante en dernière année d’école d’ingénieurs agronomes, Alexandra Martin a commencé son stage le 2 mars au sein de RTE. Il s’effectue à distance depuis le début du confinement. Un télétravail imposé qui se déroule malgré tout dans de bonnes conditions grâce à la solidarité de son équipe de la DRSE.
Paragraphes

 

Le 2 mars dernier, Alexandra Martin a intégré le service de responsabilité sociétale de RTE. Étudiante en master à l’ENSAIA (École nationale supérieure d'agronomie et des industries alimentaires), elle a choisi de réaliser son stage de fin d’études au sein de notre entreprise. « L’environnement est un sujet qui me passionne depuis mon plus jeune âge. Je souhaitais trouver une entreprise qui mène des actions en faveur de la biodiversité et de la nature. Lorsque mon école m’a transmis cette offre de stage, j’ai tout de suite candidaté pour saisir cette opportunité. »

 

Une intégration réussie

Organisation de la Fête de la nature, actions de communication autour d’« Objectif Balbuzard »…, Alexandra Martin a commencé son stage sur les chapeaux de roues. « La DRSE m’a permis de travailler dès le début de cette expérience professionnelle sur des projets concrets. Même si la Fête de la nature va finalement être reportée en raison de la crise sanitaire actuelle, je vais assister Aurore Bailly dans l’organisation de cet événement jusqu’à la fin de mon stage. Parallèlement à cette mission, je participe au plan de sauvegarde des balbuzards pêcheurs mené en collaboration avec le muséum et la ville d’Orléans, l’Office national des forêts (ONF), l’association Loiret Nature Environnement (LNE) et avec l’appui de la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO). »

 

La nécessité de s’adapter

Malgré l’annonce du confinement le 16 mars, Alexandra Martin poursuit ses missions, à distance, mais toujours épaulée par son équipe. « J’ai eu la chance de pouvoir les rencontrer et travailler à leurs côtés durant 15 jours à Window avant la mise en place de ce télétravail imposé. Cela a facilité mon intégration au sein de ce service ! » Pour conserver cette cohésion d’équipe, une deuxième réunion hebdomadaire en visioconférence a été instaurée en plus de celle habituelle du lundi matin et un groupe WhatsApp a été créé. « Nous échangeons sur l’avancée des projets de la DRSE, mais également sur notre quotidien, sur l’information insolite du jour au sein de ce groupe. » Comme dans beaucoup d’autres services, les discussions informelles offrent une échappatoire à cette situation inédite et permettent de garder le contact même à distance.

 

Un rythme conservé

« Être en télétravail rend ce confinement plus facile à supporter. Je garde les mêmes horaires qu’avant. » Grâce à son ordinateur de travail fourni par RTE et son ordinateur personnel, Alexandra Martin veille sur les balbuzards depuis le site Internet dédié à ce projet, qui permet de les observer en continu, tout en travaillant sur ses dossiers en cours. « Finalement, ce télétravail n’a pas modifié les conditions de mon stage, même si je ressentais un peu d’appréhension au début. Avec un peu d’organisation et l’accompagnement offert par mon service, cette expérience professionnelle demeure tout autant enrichissante, même si elle est peu commune. »

 

Observez en direct les balbuzards !