Vignette
Image
Eoliennes en mer
En-tete
Image
Parc éolien en mer

Fécamp : démarrage des travaux de raccordement pour le parc éolien en mer

Projet
Transition énergétique
Fécamp
arrow
Après le lancement des chantiers de Saint-Nazaire et de Saint-Brieuc, les travaux commencent pour Fécamp, le troisième parc éolien en mer français. À la clé : une étroite coordination inter-métiers pour les trois prochaines années. Le point sur ce chantier d’envergure avec Alexandre Irle, directeur du projet de raccordement.
Paragraphes

 Pouvez-vous nous parler des étapes à venir pour ce chantier ?

 

Alexandre Irle, directeur du projet : Après 8 ans de concertation et d’études, nos    travaux démarrent cette semaine pour environ trois ans.

Ils permettront de construire une liaison sous-marine double 225 kV de 18 km entre le parc éolien en mer et le port de Fécamp. À cet endroit, l’atterrage des câbles sous-marins nécessitera des travaux portuaires pendant 1 an environ, ce qui est l’une des particularités de ce chantier de raccordement. À terre, le raccordement se poursuit avec des lignes souterraines de 225 kV sur environ 43 km. Ces lignes achemineront l’électricité produite en mer jusqu’au poste électrique de Sainneville-sur-Seine, qui sera agrandi sur 2,6 hectares, puis jusqu’au Havre.

Image
Portrait - Alexandre Irle
Alexandre IRLE - Directeur du projet

Ce raccordement terminé, le parc éolien offshore de Fécamp, construit par un consortium mené par EDF Renouvelables, permettra de fournir l'équivalent de la consommation électrique de 770 000 habitants, grâce à ses 71 éoliennes d’une capacité de 500 MW.

 

 

Image
Carte des travaux de Fécamp
Les différentes étapes des travaux pour le parc éolien en mer de Fécamp 

 

En quoi le parc éolien en mer de Fécamp est-il stratégique pour l’entreprise ?

Avec les énergies marines renouvelables, RTE s’inscrit dans la stratégie de transition énergétique décidée par l’État. Au fur et à mesure du développement de nouveaux parcs éoliens offshore, notre entreprise a confirmé son rôle d’acteur de premier plan, facilitateur de l’émergence de cette filière industrielle en France. Saint-Nazaire, Fécamp et Saint-Brieuc seront les premiers parcs éoliens en mer de notre pays. En réalisant ces chantiers, RTE pourra démontrer non seulement son expertise technique dans le domaine offshore, mais aussi son efficacité opérationnelle en proposant un raccordement au réseau efficace au moindre coût pour la collectivité.

 

Quelles seront les retombées locales ?

RTE s’est attaché à ce que ce projet ait une vraie empreinte sur le territoire en favorisant l’embauche de personnes en insertion professionnelle, pour des missions ponctuelles ou pour certaines parties du chantier comme par exemple les aménagements paysagers. 25 000 heures de travail sont prévues dans le cadre d’un dispositif qui a été créé en collaboration avec les communautés d’agglomération et Pôle Emploi.

 

Nous incitons aussi nos prestataires à recourir à des sous-traitants locaux, ce qui devrait engendrer près de 20 millions d’euros de retombées économiques pour les entreprises normandes sur les deux années à venir.  

 

Enfin, des partenariats sont développés avec des lycées ayant des filières professionnelles en électrotechnique afin d’utiliser ce projet comme objet d’étude pour les élèves et de faire découvrir les débouchés de ce secteur.

 

Le projet du parc éolien en mer de Fécamp a débuté il y a 8 ans pour se concrétiser aujourd’hui. Quel est votre ressenti ?

Je suis très enthousiaste, et nous le sommes tous dans l’équipe ! C’est un projet passionnant qui a demandé une étroite collaboration avec tous les acteurs et qui va favoriser la transition énergétique de notre pays tout en contribuant au développement d’une filière industrielle française d’excellence. Sa réalisation a été possible grâce à un travail d’équipe conséquent, et ça n’est pas fini ! 

 


 

Pour en savoir plus :