Image
Ouvrage RTE sous la neige
Image
Ouvrage RTE hiver

Les analyses saisonnières

Consommation
Climat
arrow
Sous-sections
Paragraphes

Le risque en matière de sécurité d’approvisionnement électrique demeure faible pour le reste de l’hiver 2023-2024.

L’actualisation de l'étude des différents paramètres conforte les prévisions initiales de RTE1, publiées le 8 novembre.

Publié le 19/01/2024

Au cours des deux derniers mois, la consommation d'électricité structurelle (corrigée des aléas météorologiques) s’est maintenue à des niveaux bas, dans la tendance observée depuis l'automne 2022 : elle s'est ainsi située à environ 7 % à 8 % en-dessous des niveaux d’avant-crise (2014-2019), soit au niveau anticipé par RTE en début d’hiver.

La disponibilité du parc nucléaire est, en date du 12 janvier 2024, conforme à la prévision centrale de RTE évaluée début novembre. Elle a atteint 50 GW le 9 janvier avec 47 réacteurs nucléaires démarrés. Malgré quelques retards sur certains chantiers, pour lesquels RTE avait retenu des marges de prudence dans ses analyses prévisionnelles, de nombreux réacteurs ont pu redémarrer au cours de la période hivernale. Ces éléments confirment le diagnostic établi par RTE en novembre et les perspectives de disponibilité nucléaire pour la suite de l’hiver restent ainsi inchangées.

S’agissant de l’hydraulique, les stocks sont remplis à des niveaux supérieurs aux moyennes historiques. La situation française et européenne en matière d’approvisionnement gazier reste maîtrisée, avec des stockages qui n'ont pas été fortement sollicités en première partie d'hiver. La production éolienne est abondante depuis le début de l’hiver, avec la forte variabilité attendue au sein d’une même semaine.

S’agissant des échanges d’électricité, la France a retrouvé une situation fortement exportatrice au cours des derniers mois, en raison de la baisse de la consommation et de la compétitivité de son parc de production nucléaire et renouvelable. Les imports ont été limités depuis le début de l’hiver et le fonctionnement des échanges se déroule de manière satisfaisante, malgré une avarie sur une interconnexion avec la Grande-Bretagne (IFA2).

L'ensemble de ces éléments a permis de faire face de manière sereine à l'épisode de froid de la deuxième semaine de janvier, qui n'a généré aucune difficulté en matière de sécurité d'approvisionnement : le signal Ecowatt est ainsi resté vert tout au long de cette période. La consommation d'électricité durant cette période a atteint un point haut depuis le début de l'hiver (83,5 GW) et a été couverte en grande majorité par la production nucléaire et hydraulique. Le complément est venu des centrales thermiques (notamment centrales au gaz, et très ponctuellement centrales au charbon en fonction des opportunités de marché), de la production renouvelable et d’importations ponctuelles.

Au regard de ces éléments et des perspectives de disponibilité pour chaque filière, RTE confirme son diagnostic d'un niveau de risque « faible » pour la sécurité d'approvisionnement sur la seconde partie de l'hiver.

Le dispositif EcoWatt, enrichi en novembre pour permettre aux consommateurs d’utiliser l'électricité aux meilleurs moments en signalant des « heures décarbonées », est maintenu. Il serait mobilisé en cas de situation exceptionnelle, afin d'alerter les consommateurs et appeler à la mobilisation des gestes citoyens.

1 Perspectives pour le système électrique pour l’hiver 2023-2024, RTE, 8 novembre 2023 (PDF - 3,1 Mo)

Paragraphes

Perspectives pour la sécurité d'approvisionnement de l’hiver 2023-2024 : Une situation en nette amélioration par rapport à l’hiver dernier si les efforts de consommations se poursuivent

 

Publié le 8 novembre 2023

 

Après un automne et un hiver 2022-2023 marqués par une vigilance renforcée, les perspectives pour la sécurité d’approvisionnement en électricité lors de l’hiver 2023-2024 sont beaucoup plus favorables que l’an passé. Le risque de déséquilibre entre l’offre et la demande en électricité est faible.

Image
Conférence RTE : Perspectives du système électrique pour l’hiver 2023-2024

En 2023, tous les déterminants de la sécurité d’approvisionnement en électricité ont évolué dans un sens favorable. 

  • La disponibilité du parc nucléaire pourrait atteindre un maximum de 50 GW en janvier 2024 (soit 6 GW de plus qu’en janvier 2023). Les perspectives de production nucléaire sont comprises entre 300 et 330 TWh en 2023, contre 279 TWh en 2022.  
  • Malgré une sécheresse qui a touché la France début 2023, le niveau de remplissage des stocks hydrauliques se situe aujourd’hui au-dessus des moyennes historiques. 
  • Les énergies renouvelables (EnR) ont poursuivi leur développement et contribueront activement à la sécurité d’approvisionnement cet hiver. Les parcs éoliens en mer de Saint-Brieuc et Fécamp devraient également entrer en service progressivement au cours de l’hiver (pour une puissance installée de 1 GW) en complément du parc de Saint-Nazaire en fonctionnement depuis novembre 2022.
  • L’approvisionnement en gaz ne constitue pas un facteur de risque majeur. 
  • Exportatrice nette au premier semestre 2023, la France gardera une capacité technique d’échange avec les pays voisins à minima égale à celle de l’an dernier.
  • Enfin, les deux dernières centrales au charbon (Cordemais et Saint-Avold) seront disponibles cet hiver. Leur sollicitation devrait rester très limitée et bien en deçà du plafond encadrant leur durée de fonctionnement.

 

Un risque faible pour la sécurité d’approvisionnement au cœur de l’hiver prochain, si la consommation se maintient en fort retrait 
 

L’hiver dernier, les Français ont réduit leur consommation d’électricité de 9% (retraitée des effets météorologiques). En complément des imports d’électricité, cette baisse inédite des consommations, qui s’est maintenue au printemps et à l’été, a permis d’éviter 8 signaux EcoWatt orange et 12 signaux EcoWatt rouge

Dans ses perspectives pour l’hiver 2023-2024, RTE maintient une hypothèse centrale de consommation identique aux niveaux observés l’an dernier, dans un contexte où les prix de l’électricité demeurent élevés et avec le lancement d’un second plan gouvernemental de sobriété. En septembre 2023, la baisse des consommations se situe à -8% par rapport aux consommations d’avant crise (-5% en septembre 2022).

L’analyse de RTE fait apparaître un risque faible sur la sécurité d’approvisionnement au cours de l’hiver prochain. Pour le cœur de l’hiver, les incertitudes portent essentiellement sur les conditions météorologiques (vague de froid, vent faible) ainsi que sur le maintien des niveaux bas de consommation en France et Europe, ainsi que disponibilité effective des réacteurs nucléaires.
RTE maintient son dispositif d’alerte EcoWatt, qui s’enrichit dès aujourd’hui d’un indicateur signalant les heures décarbonées.  
 

Un nouvel indicateur pour permettre de moduler ou déplacer sa consommation au meilleur moment pour un système électrique encore plus décarboné 
 

Dans sa nouvelle version, disponible dès le 8 novembre, EcoWatt affiche désormais les heures durant lesquelles la France peut couvrir toute sa consommation à partir d’une production nationale d’électricité totalement décarbonée (nucléaire, hydraulique, éolien, solaire). Ces heures particulièrement favorables à la consommation sont plus fréquentes la nuit et l’après-midi du printemps à l’automne, mais interviennent aussi l’hiver pendant les périodes de températures clémentes, de forte production renouvelable ou les week-ends. 

Si la production d'électricité française émet déjà très peu de CO2 toute l'année, en privilégiant les heures décarbonées pour consommer, la production française peut se rapprocher du 0 émission .     
Également disponible sous forme d’application, elle a été téléchargée par près de 3 millions de Français l’hiver dernier. 

Filtrer
Mot clé
Catégories
Date
Trier par pertinence