Vignette
Image
 Pylone Venaus Villarodin
En-tête
Image
 Pylone Venaus Villarodin

Les bilans prévisionnels

Institutionnel
Consommation
arrow
Sous-sections
Paragraphes

Aussi appelé « bilan prévisionnel pluriannuel », ce document de prospective couvre en alternance une période de 5 ou de 15 ans. Il est établi en concertation avec l’ensemble des acteurs du secteur : producteurs, fournisseurs et distributeurs d’électricité et de gaz, ONG, organisations professionnelles, universités, think tanks et institutions.

 

Synthèse du Bilan prévisionnel 2019


L’édition 2019 du Bilan prévisionnel actualise le diagnostic sur l’évolution de l’équilibre offre/demande d’électricité à un horizon de 5 ans, soit pour la période 2020-2025. Ce bilan s’appuie sur les dernières informations et décisions concernant l’évolution de la consommation et du parc de production.

Image
Bilan prévisionnel - Le système électrique entre dans une période charnière

Trois phases jusqu’en 2025


À lumière de ces informations, RTE identifie une dynamique en trois périodes entre 2020 et 2025.
 


2019-2022 : Un système électrique au plus près des besoins


Après l’hiver 2019-2020, la centrale de Fessenheim ainsi que les premières centrales au charbon ferment. Ces fermetures sont compensées par la mise en service de la centrale à Cycle Combiné au Gaz naturel (CCG) de Landivisiau, la poursuite du développement des énergies renouvelables et la mise en service de deux nouvelles interconnexions, avec la Grande-Bretagne et l’Italie.
 


2022-2023 : Une sécurité d’approvisionnement sous vigilance


La fermeture des moyens de production thermiques se poursuit avec l’arrêt des dernières centrales au charbon. Parallèlement, le parc nucléaire connaît un programme chargé de visites décennales ayant un impact sur la disponibilité des centrales. En outre, de nombreux pays européens réalisent la fermeture de moyens de production thermiques et nucléaires. Si le développement des énergies renouvelables se poursuit durant cette période, il ne suffit pas à compenser, en l’absence de mise en service de l’EPR de Flamanville, les fermetures réalisées.  


Afin de sécuriser l’approvisionnement en électricité, RTE identifie trois leviers d’action : la maîtrise de la consommation, l’optimisation du calendrier des arrêts des réacteurs nucléaires et le maintien en disponibilité ou la conversion à la biomasse d’un ou deux groupes de la centrale de Cordemais, tant que l’EPR de Flamanville n’est pas mis en service. Ce fonctionnement prolongé, pendant les périodes de tension du système électrique, serait compatible avec les plafonds annuels d’émissions envisagées pour l’application de la loi énergie-climat.

 

2023-2025 : Une combinaison de facteurs plus favorable


La sécurité d’approvisionnement en électricité devrait s’améliorer à la fin de la période. Cette amélioration sera due à l’accélération des mises en service de moyens de production renouvelables (en particulier les parcs éoliens en mer), à un programme plus favorable de maintenance des centrales nucléaires et à la mise en service de l’EPR de Flamanville.

Filtrer
Mot clé
Catégories
Date
Trier par pertinence