Chargé d'études : Coûts associés à la transition énergétique dans le secteur des bâtiments - F/H

Stage
Economie prospective et transparence
Ile de France
Master 2 ou diplômé d'école
St-22-1240
arrow

Présentation de RTE

RTE, gestionnaire du réseau de transport d’électricité français, assure une mission de service public : garantir l’alimentation en électricité à tout moment et avec la même qualité de service sur le territoire national grâce à la mobilisation de ses 9500 salariés. RTE gère en temps réel les flux électriques et l'équilibre entre la production et la consommation. RTE maintient et développe le réseau haute et très haute tension (de 63 000 à 400 000 volts) qui compte plus de 100 000 kilomètres de lignes aériennes, plus de 6 000 kilomètres de lignes souterraines, 2 800 postes électriques en exploitation ou co-exploitation et 51 lignes transfrontalières. Le réseau français, qui est le plus étendu d’Europe, est interconnecté avec 33 pays. En tant qu’opérateur industriel de la transition énergétique, RTE optimise et transforme son réseau pour raccorder les installations de production d’électricité quels que soient les choix énergétiques futurs. RTE, par son expertise et ses rapports, éclaire les choix des pouvoirs publics.

Description de l'offre

Lieu : La Défense
Durée et/ou période du stage : 5 à 6 mois dès que possible 

 

Contexte du stage :

Dans le cadre de ses missions légales et en réponse à une saisine du Gouvernement, RTE a lancé en 2019 une large étude sur l’évolution du système électrique intitulée « Futurs énergétiques 2050 ». La publication de cette étude a eu lieu en octobre 2021 et des compléments ont été apportés en février 2022 (lien vers la synthèse). L’étude a reçu un large écho et permis d’apporter des éléments quantitatifs pour éclairer les débats sur l’avenir énergétique et les choix concernant le mix de production d’électricité. Ces trajectoires s’inscrivent toutes dans le cadre de l’atteinte de la neutralité carbone de la France en 2050. Pour l’atteindre, le mix de production d’électricité est totalement décarboné et la majorité des usages utilisant des combustibles fossiles (transport, industrie, chauffage) sont transférés vers l’électricité.

Comme c’est le cas dans les publications de RTE depuis 2017, les coûts de l’évolution du système électrique à l’horizon 2050 (coût de production, d’adaptation des réseaux, de développement des flexibilités nécessaires) dans les différents scénarios ont été évalués, afin notamment de pouvoir comparer les scénarios et éclairer les décisions publiques sur l’avenir du mix de production d’électricité.

Les travaux publiés n’ont pas évalué l’ensemble des coûts de transformation du système énergétique. En particulier, les coûts associés à l’évolution de la consommation d’électricité et aux transferts d’usage (coûts des systèmes de chauffage, des véhicules électriques, des actions de décarbonation dans l’industrie, etc.) n’ont pas été intégrés dans l’analyse car les hypothèses conditionnant les évolutions de la consommation étaient communes aux scénarios de mix de production étudiés. Des premières analyses ont été menées mais n’ont pas été publiées et devront être consolidées.

 

Objectif du stage : 

Le stage proposé s’inscrit dans l’objectif de mener une évaluation du coût global de l’atteinte de la neutralité carbone à l’horizon 2050, en intégrant l’ensemble des composantes : coûts de transformation des usages et des actions d’efficacité énergétique dans tous les secteurs (résidentiel, tertiaire, industrie), coûts de développement des productions bas-carbone hors électricité (biomasse, etc.) et coûts du système électrique (déjà évalués). Il s’agira à la fois d’évaluer le coût global mais aussi d’identifier le coût pour les finances publiques.

Le stage visera notamment à mener l’évaluation des coûts de la transition dans le secteur des bâtiments, qui représente un poste important des émissions de CO2 actuellement (notamment pour le chauffage), de l’ordre de 20% des émissions nationale et qui devra être l’objet d’investissements massifs (pour la rénovation énergétiques des bâtiments et la transformation des systèmes de chauffage à partir de sources bas-carbone).

Il s’agira d’abord de faire évoluer les outils de modélisation de la consommation énergétique du secteur des bâtiments pour être en mesure de quantifier l’ensemble des coûts : les coûts des rénovations, les coûts de l’ensemble des appareils consommateurs d’énergie dans les bâtiments (systèmes de chauffage, de production d’eau chaude sanitaire, électroménager, etc.), les coûts des approvisionnements en énergie.

L’évaluation des coûts de la transition énergétique nécessitera de définir un scénario « contrefactuel » : il s’agit d’un scénario d’évolution du secteur des bâtiments sans prise en compte de la contrainte de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Un tel scénario n’est pas nécessairement un scénario sans rénovation ou sans modification des systèmes de chauffage car des évolutions pourraient se mettre en place même sans contrainte « carbone », sous l’effet des prix des énergies fossiles, de l’évolution des performances de certains appareils, etc.

Le stagiaire sera amené à mener l’évaluation économique en se basant sur des hypothèses de coûts déjà existantes à RTE mais en approfondissant et en actualisant certaines hypothèses sur la base d’une revue de littérature.

Différentes es analyses de sensibilité seront menées, notamment pour évaluer la dépendance aux coûts des combustibles, qui font l’objet de fortes incertitudes.

Enfin, il pourra être distingué au sein des investissements nécessaires à la transition énergétique ceux qui seraient supportés par les consommateurs (en cas de modifications des normes et réglementations) ou par la puissance publique (en cas de politiques de subvention).

Le/la stagiaire sera intégré(e) au sein de la Direction Economie du Système Electrique. Tout au long de ses travaux, le/la stagiaire collaborera avec d’autres personnes/entités travaillant sur la consommation d’électricité. L’ensemble de ces travaux s’inscrit dans les prolongements de l’étude « Futurs énergétiques 2050 ».

Profil recherché

Profil recherché

L’étudiant(e) retenu(e) devra disposer de compétences en analyse de données, modélisation et en économie, ainsi que d’une bonne capacité d’interprétation des résultats obtenus et de restitution orale et écrite. Il devra faire preuve de rigueur.

Les compétences transverses recherchées sont une bonne autonomie et un esprit d’initiative.

RTE conduit une politique active en faveur de l'égalité des chances des personnes handicapées, par son accord du 4 mars 2021, l'entreprise réaffirme son engagement. Si vous êtes dans cette situation, n'hésitez pas à nous faire part de vos éventuels besoins spécifiques afin que nous puissions les prendre en compte.

Les défis que relève RTE vous motivent ?