Toutes les actualités

439 résultats trouvés

Panorama de l'électricité renouvelable au 31 décembre 2018

énergies renouvelables - 08-02-2019

 

EN 2018, LA PRODUCTION ELECTRIQUE RENOUVELABLE A COUVERT 22,7 % DE LA CONSOMMATION FRANÇAISE

La puissance totale du parc électrique EnR – hydroélectricité, éolien, solaire photovoltaïque, et bioénergies confondus – s’élève, fin 2018, à 51 171 MW. Cela représente 99 % de l’objectif qui avait été fixé pour fin 2018 (51,7 GW) par la Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE).

Sur le dernier trimestre de 2018, 943 MW de nouvelles installations ont été raccordés aux réseaux d’électricité métropolitains, les filières éolienne et solaire comptant respectivement pour 780 MW et pour 143 MW. Sur toute l’année 2018, 2 494 MW ont été raccordés.

Les énergies renouvelables ont participé à hauteur de 22,7 % à la couverture de la consommation d’électricité en France au cours de l’année 2018, un chiffre en hausse par rapport à l’année dernière (18,5 % en 2017). Cette montée en puissance est portée par une hausse de la production de toutes les filières des énergies renouvelables.

Le parc éolien atteint 15 108 MW au 31 décembre 2018 avec 780 MW raccordés sur le dernier trimestre. Sur l’année, la croissance s’élève à 1 559 MW. L’objectif fixé à la filière par la PPE à fin 2018 (15 000 MW) est ainsi légèrement dépassé grâce à un dernier trimestre 2018 record.

La filière a produit 8,8 TWh sur le trimestre et 27,8 TWh sur les douze derniers mois, en hausse de 15,3 % par rapport à l’année précédente. Le taux de couverture de la consommation par l’énergie éolienne s’élève à 5,8 % sur l’année, en hausse de 0,8 point par rapport à 2017.

La puissance du parc solaire s’élève à 8 527 MW au 31 décembre 2018, avec 143 MW raccordés au cours du dernier trimestre. Sur l’année, 873 MW ont été raccordés, chiffre similaire à celui de l’année précédente (881 MW avaient été raccordés en 2017). Ce  résultat ne permet pas d’atteindre l’objectif de la PPE qui avait été fixé à 10 200 MW pour fin 2018. A fin 2023, la PPE vise un parc compris entre 18 000 et 21 000 MW.

Néanmoins, avec 10,2 TWh produits en 2018, en hausse de 11,3 % par rapport à 2017, la filière solaire confirme sa montée en puissance et couvre désormais 2,1 % de la consommation électrique française annuelle.

Le parc hydroélectrique reste stable avec une puissance installée de 25 510 MW, en hausse de 3 MW sur le trimestre, mais en baisse annuelle de 11 MW par rapport à 2017.

L’année 2018 marque un rebond de la production après une année 2017 sèche : 63,1 TWh ont été injectés dans les réseaux (68,3 TWh avec la part non renouvelable), soit une hausse de près de 30 % par rapport à l’année précédente. Le taux de couverture de la consommation par l’hydroélectricité s’établit à 13,1 % pour l’année 2018.

La filière bioénergies électriques atteint une puissance installée de 2 026 MW avec 74 MW de nouvelles capacités, dont 16 MW raccordés sur le dernier trimestre 2018.

Sa production s’est élevée à 7,5 TWh sur l’année 2018 (9,7 TWh en incluant la part non renouvelable), en hausse de 3,2 % par rapport à 2017. La filière couvre ainsi 1,6 % de l’électricité consommée en 2018.

Afin de répondre aux objectifs de la transition énergétique de porter à 40 % la part des énergies renouvelables dans le mix électrique en 2030, les réseaux de transport et de distribution continuent d’évoluer pour permettre l’intégration de la production d’électricité renouvelable, tout en garantissant la sécurité et la sûreté du système électrique, ainsi que la qualité d’alimentation des consommateurs.

 

Ces résultats sont issus du Panorama de l’électricité renouvelable au 31 décembre 2018, élaboré chaque trimestre par RTE, le Syndicat des énergies renouvelables (SER), Enedis, l’Association des distributeurs d’électricité en France (ADEeF) et l’Agence ORE (Opérateurs de Réseaux d’Energie). Ce document est complété d’un supplément technique sur les Technologies pour la production d’électricité renouvelable.

Projet de stockage d’électricité avec le GRT Ukrenergo

30-01-2019

Le ministère français de l’Economie et des Finances octroie une subvention pour la collaboration entre la filiale RTE-Internationale et le GRT Ukrenergo. Première étape : l’étude de faisabilité d’un projet de stockage accompagnant la transition énergétique Ukrainienne.

Suite à la signature du 30 octobre dernier ayant pour objectif d’intégrer l’Ukraine au marché européen, la collaboration France-Ukraine prend forme.

Intégrer le marché européen et accompagner la transition énergétique

Avec l’appui de RTE-International, Ukrenergo vise à atteindre les standards ENTSO-E (European Network of Transmission System Operators for Electricity), obligatoires pour intégrer le marché européen. L’une des exigences de l’intégration dans ENTSO-E étant de garantir le volume requis de « contrôle de fréquence primaire » , le projet de stockage d’électricité pourrait jouer ce rôle en plus de permettre l’intégration des EnR dans le mix énergétique.

Durant 6 mois, RTE-International mènera la première étape du projet en réalisant une étude de faisabilité complète déterminant le design du projet et ses grandes caractéristiques.

  • Estimation de la capacité de stockage du projet : 200 MW
  • ​Part des énergies renouvelables dans le mix électrique que souhaite atteindre l'Ukraine en 2035 : 25%

 

Quatre entreprises françaises intégrées au projet


Nicolas Breham, Directeur général de RTE-International

« RTE-International apportera toute son expertise pour favoriser l'évolution du système énergétique ukrainien vers les normes les plus élevées. Nous allons également associer les sociétés de stockage françaises (Saft, Blue solutions, Clean Horizon et Entech) pour apporter des connaissances supplémentaires.»


​Vsevolod Kovalchuk, PDG d'Ukrenergo

"La coopération avec RTE (...) constitue un pas en avant dans la voie de notre intégration européenne et de l'amélioration de la sécurité énergétique du pays."

 

 

Interconnexion France-Irlande : lancement de la concertation publique

29-01-2019

Le projet d’interconnexion reliant le Finistère au sud de l’Irlande franchit une nouvelle étape avec le lancement de la concertation publique de fin janvier à avril 2019 pour déterminer l’itinéraire de la liaison électrique.

CELTIC Interconnector

Porté par RTE et son homologue irlandais Eirgrid, le projet vise à créer une liaison électrique de 575km (dont environ 500km en mer), reliant le Finistère au sud de l’Irlande avec une jonction des câbles à l’Est des côtes de la Ceinture Dorée.  La liaison, sous-marine et souterraine, reliera le poste électrique de Knockraha (région de Cork au sud de l’Irlande) au poste de la Martyre (Finistère).

Reconnu Projet d’Intérêt Commun (PIC) par l’Union Européenne, Celtic Interconnector répond aux enjeux européens en matière de transition énergétique et de lutte contre le changement climatique en facilitant le développement des énergies renouvelables et l’évolution vers un mix électrique à bas carbone. La mise en service est estimée en 2026.

La concertation pour déterminer  le tracée de l’interconnexion

La première phase de la concertation s’est achevée jeudi 20 décembre avec la validation de l’aire d’étude pour le passage de la liaison électrique souterraine, sous l’égide de la sous-préfète de Morlaix (par intérim), Anne Tagand.

La prochaine étape clé est la concertation sous l’égide de la Commission Nationale du Débat Public, qui débutera mardi 29 janvier, avec toutes les parties prenantes et la population locale, en vue de rechercher le meilleur itinéraire possible pour le passage de la future liaison souterraine (fuseau dit de moindre impact). Ce fuseau tiendra compte des contraintes techniques, économiques, des sensibilités environnementales, agricoles et des enjeux liés à l’aménagement du territoire.

«Arrivé en phase de concertation, c’est maintenant aux acteurs du territoire breton de contribuer à la définition du meilleur tracé (dit fuseau de moindre impact) pour le projet. » Eric Thebault, pilote du projet

2026

Mise en service estimée de la liaison

 

 

 

 

Gaëlle CHEVREAU, Responsable concertation sur le projet Celtic Interconnector

Pourquoi la concertation préalable  du public est-elle si importante pour RTE à cette étape du projet ?

Pour ce projet, RTE a saisi la Commission Nationale du Débat Public (CNDP) qui a désigné deux garantes de cette concertation préalable du public. Le principal enjeu est que le public puisse s’exprimer, participer, s’approprier le projet. Il est essentiel qu’il puisse comprendre les objectifs visés. Cette implication de la population concernée va permettre de définir des propositions de tracé et les emplacements des différentes infrastructures, en accord avec les intérêts du territoire.

Cette concertation avec le public vient en complément de la concertation dite « Fontaine » que RTE déploie sur l’ensemble de ces projets d’ouvrages neufs. Elle bénéficie de plus des moyens d’information  exigés pour tout projet reconnu PIC. C’est ainsi un processus de concertation à 3 niveaux : la concertation Fontaine (aire d’étude et fuseau de moindre impact), la concertation PIC (réglementation européenne) et la concertation préalable avec garant de la CNDP qui va être déployé sur le territoire*.

Comment va se dérouler la concertation ?

La concertation est déjà engagée auprès des acteurs du territoire : services de l’Etat,  élus, collectivités locales, usagers de la mer, acteurs sociaux économiques, associations environnementales. Elle a abouti à la validation de l’aire d’étude, le 20 décembre dernier.

La concertation préalable avec le public démarrera avec deux réunions d’information, le 29 et 30 janvier, au nord et au sud de l’aire d’étude. Elles seront suivies de temps de rencontres avec RTE au plus près des citoyens du territoire concerné (marché, supermarché, médiathèque, etc).

Enfin, 4 cercles de travail thématiques, destinés aux acteurs professionnels ou associatifs,  se tiendront en février/mars 2019. Ils porteront sur l’environnement naturel, le patrimoine et le paysage, l’agriculture, les activités de loisirs « mer et terre » ; le développement du territoire.

La concertation préalable s’achèvera avec 2 réunions de clôture, puis un bilan des deux garantes.

Toutes ces actions serviront à déterminer les propositions de fuseaux, qui seront présentées pour que soit retenu, à l’été 2019n  le fuseau de moindre impact.

Parmi les différentes modalités de concertation, un site internet participatif, www.concertation.celticinterconnector.eu , permettra à tous ceux qui le souhaitent de s’informer et de contribuer au projet dès le 29 janvier. Les personnes concernées ont jusqu’à avril 2019 pour donner leurs avis !

 

 

RTE, 7ème entreprise préférée des salariés français

candidat - 25-01-2019

RTE est de nouveau classé par les salariés parmi les 10 meilleurs employeurs de France selon l’étude Statista pour Capital (7ème du classement général et 2ème du secteur de l’énergie) parue le 24 janvier 2019 (Capital n°329). L'an dernier RTE était en 11ème position.

Pour RTE, ce résultat récompense les actions mises en œuvre en faveur de ses salariés pour garantir un environnement de travail stimulant et soucieux de l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle.

 

Ainsi, 83% des salariés de RTE se déclarent fiers de leur entreprise, selon le baromètre interne 2018. Un chiffre qui traduit notamment leur attachement à la mission de service public assurée par RTE.

La diversité des parcours professionnels possibles grâce une politique volontariste de mobilité interne est également saluée par les collaborateurs. Pour l’accompagner, RTE investit massivement dans la formation de ses collaborateurs. En 2017, chaque salarié a suivi en moyenne 52h de formation.

 

Par ailleurs, afin de permettre à ses salariés de mieux conjuguer vie personnelle et vie professionnelle, RTE leur propose une palette d’outils : encouragement des déplacements à vélo avec le versement d’une indemnité kilométrique vélo pouvant aller jusqu’à 420€/an, déploiement à grande échelle du télétravail (environ 8% des salariés en 2018) grâce notamment à la mise à disposition d’outils de travail à distance (visioconférences, équipements portable, etc.), développement d’initiatives en faveur du covoiturage (application, places réservées dans les parkings), etc.

 

​350 embauches sont prévus en 2019 ! Les postes les plus nombreux à pourvoir sont : concepteur développeur, chef de projets ingénierie et chargé de conduite

Energies Marines renouvelables : trois mesures concrètes

23-01-2019

RTE a pour mission de créer les infrastructures nécessaires pour que le consommateur puisse bénéficier au meilleur coût, de l’énergie produite par des parcs éoliens en mer. Nous permettrons ainsi à la France de tirer profit de tout le potentiel de cette énergie. Fin novembre, à l’occasion du Comité Interministériel de la mer (CIMER), nous avons présenté 3 mesures concrètes pour favoriser le développement des énergies marines renouvelables. Explications.

Ces mesures visent à prolonger en mer le réseau électrique actuel (terrestre).

Il s’agit de connecter entre eux les parcs éoliens et d’acheminer l’électricité produite en mer vers le continent afin qu’elle puisse être consommée partout en France. Sans réseau électrique, pas de transition énergétique possible.

1. Créer des HUBS en mer

Pour favoriser l’accueil des futurs projets d’énergies marines renouvelables, RTE propose de mutualiser les infrastructures du réseau électrique en mer via une solution innovante : les HUBS de raccordement.

Le Hub de raccordement, permettra, grâce à la planification du développement des énergies marines renouvelables, de mutualiser les infrastructures, de réduire les coûts, les délais, l’impact sur l’environnement et de favoriser la coexistence des usages de la mer.

1 eolienne = 1 parc 1 eolienne = 1 parc

Pour un même volume de production d’électricité, la création de Hubs de raccordement (plateforme en mer et câbles de raccordement) permet de réels gains financiers, tout en réduisant l’empreinte environnementale des nouveaux ouvrages.

 

2. Anticiper avec un plan de développement des zones EMR

Pour anticiper et planifier ce réseau, RTE souhaite mettre en place un plan de développement des zones EMR : une planification conjointe du réseau et de la production en mer comme à terre.

L’anticipation des besoins de développement du réseau de transport d’électricité, en mer comme à terre, est une des conditions de réussite d’un développement ambitieux des EMR en France en termes économique, environnemental et sociétal.

En effet, la planification conjointe de la production et du réseau permet de mutualiser les infrastructures et donc d’en réduire les coûts et les impacts.

RTE a ainsi décidé de produire pour la première fois, dans son schéma décennal de développement du réseau 2018, un volet EMR avec un éclairage sur l’impact financier du développement des EMR sur le réseau public de transport d’électricité.

Le futur « plan de développement des EMR », préparé par RTE en concertation avec l’État, le régulateur et les acteurs maritimes, contribuera à identifier les zones les plus favorables pour le développement des énergies marines renouvelables.

3. Transformer les postes électriques en mer en véritable plateformes multi-usages

RTE prépare les plateformes multi-usages en mer de demain pour accueillir de nouveaux services qui favorisent l’innovation, l’expérimentation et les connaissances environnementales en co-construction avec les territoires et les parties prenantes.

Ces plateformes pourront accueillir des services divers, tels que des stations scientifiques pour des études environnementales, le développement de télécommunications ou l’accueil d’expérimentations répondant aux besoins des acteurs et politiques publiques. Elles feront l’objet d’une co-construction avec les territoires et les parties prenantes concernés pour favoriser la coexistence des usages en mer.

Découvrez également

Article

Bilans électriques nationaux

RTE élabore et publie chaque année un Bilan électrique, qui dresse une vision globale du système électrique sur l’année écoulée.
Article

Votre parcours chez RTE

Vous êtes jeunes diplômés, étudiants ou professionnels expérimentés? RTE offre un large éventail de métiers et de parcours professionnels. Pour les découvrir c'est ici !
Actualite

Plongez au cœur du Voyage Électrique !

Découvrez les projets qui ont marqué RTE en 2017 à travers Le Voyage Électrique, plateforme interactive du rapport d’activité !