Toutes les actualités

377 résultats trouvés

Partenariat institutionnel avec le Muséum national d'Histoire naturelle

23-05-2018

Travaillant en collaboration avec le musée depuis plusieurs années, RTE signe aujourd’hui une convention de partenariat cadre avec cet établissement de recherche de référence.

Partenariat RTE Muséum national d'Histoire Naturelle Xavier Piechaczyk (à gauche), directeur général adjoint de RTE et Bruno David (à droite), président du Muséum national d'Histoire naturelle, ont officialisé ce partenariat aujourd’hui même sur le site du Jardin des Plantes.

Cette convention de cinq ans a pour objectif de définir le cadre général des relations entre RTE et le MNHN et de renforcer leur coopération aussi bien sur des sujets portant sur le monde terrestre que marin.

Quatre axes de coopération sont identifiés à ce jour :

  • Recherche et expertise
  • Partage de données sur la biodiversité
  • Valorisation-diffusion des connaissances
  • Formation
     

Parmi les projets en commun, on peut notamment citer :

 

RTE partenaire de la maison des mathématiques

22-05-2018

 

En 2020, la Maison des mathématiques verra le jour à Paris. Mécène du projet RTE fait partie du Cercle des entreprises partenaires créé fin 2015. Ce dernier comprend notamment : 80cap, Airbus, Atos, BNP-Paribas, Huawei, IBM France, Orange et Thales.

 

Un lieu d’ouverture et de rencontre entre scolaire, grand public et chercheurs

Initiée par Cédric Villani et portée par l’Institut Henri Poincaré (IHP), la Maison des mathématiques va voir le jour en 2020. Un musée sera ainsi ouvert aux scolaires, plus généralement au grand public, avec des expositions temporaires. La Maison des mathématiques a également pour ambition de devenir un lieu d’accueil pour des chercheurs en mathématique et en physique théorique et de favoriser les rencontres entre chercheurs et industriels.

L’ouverture physique du musée est prévue en 2020, en face du bâtiment actuel de l’IHP. Des événements sont d’ores et déjà organisés par la Maison des mathématiques : conférences, workshops scientifiques, expositions… Olivier Grabette, Directeur général adjoint Prospective, expertise et solutions de RTE est notamment intervenu lors du dernier évènement organisé à la Fondation Cartier pour l’Art Contemporain.

 

La production d'électricité renouvelable a atteint 20% de la consommation française au cours des douze derniers mois

ENR électricité - 16-05-2018

Publication du panorama de l’électricité renouvelable au premier trimestre 2018

Les énergies renouvelables ont participé à hauteur de 20 % à la couverture de la consommation d’électricité en France au cours des douze derniers mois. Elles ont permis de couvrir près de 23 % de la consommation sur le premier trimestre 2018.

Au premier trimestre 2018, 457 MW de nouvelles installations ont été raccordés aux réseaux d’électricité métropolitains, les filières éolienne et solaire comptant respectivement pour 188 MW et pour  254 MW. Sur une année glissante, 2 673 MW ont été raccordés.

La puissance totale du parc – hydroélectricité, solaire photovoltaïque, éolien et bioénergies confondus – s’élève, fin mars 2018, à 49 109 MW et représente 95 % de l’objectif pour fin 2018 (51,7 GW) de la Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE).

Le parc éolien atteint 13 727 MW au 31 mars, dont 188 MW raccordés au cours du premier trimestre 2018, en léger repli par rapport au premier trimestre 2017 (368 MW avaient alors été raccordés). Sur une année glissante, la croissance du parc s’élève à 1 598 MW. L’objectif fixé à la filière par la PPE à l’horizon 2018 est de 15 000 MW.  

Avec un volume de 9,9 TWh sur le trimestre (26,7 TWh sur l’année), la production de la filière progresse de 37 % par rapport au premier trimestre 2017. Le taux de couverture de la consommation par l’énergie éolienne est en hausse et s’établit à 5,5 % sur les douze derniers mois. Il s’est élevé à plus de 6,7 % sur le premier trimestre 2018.

La puissance du parc solaire s’élève à 7 900 MW au 31 mars 2018, avec 254 nouveaux MW raccordés au premier trimestre (1 021 MW sur les douze derniers mois). Ce chiffre confirme la tendance à la hausse des raccordements avec un léger rebond en 2017. Cette progression demeure, néanmoins, insuffisante pour atteindre l’objectif de la PPE fixé à 10 200 MW fin 2018 (78 % atteint). Pour parvenir à l’objectif 2023 de la PPE (entre 18 000 et 21 000 MW), la tendance devra s’établir à 2 000 MW raccordés par an, soit 500 MW par trimestre.

Avec une production de 9,3 TWh sur un an, l’énergie solaire photovoltaïque couvre 1,9 % de la consommation de France métropolitaine.

La filière bioénergies électriques représente une puissance installée de 1 961 MW, dont 12 MW raccordés sur le premier trimestre 2018.

Sa production s’est élevée à 1,9 TWh, soit 11 % de plus par rapport au premier trimestre 2017. Les bioénergies couvrent 1,5 % de la consommation électrique française sur un an.

Composé de 25 521 MW, le parc hydroélectrique reste quasi-stable avec 3 MW supplémentaires raccordés au premier trimestre.

Du fait des pluies hivernales, ce trimestre marque un rebond de la production après plusieurs mois de sécheresse et de faible activité hydraulique : 20,3 TWh ont été injectés sur les trois premiers mois de l’année, soit une hausse de 38 % par rapport au premier trimestre 2017. Sur un an, ce sont 54,2 TWh qui ont été produits, ce qui établit le taux de couverture de la consommation par l’hydroélectricité à 11,2 % sur une année glissante.

Afin de répondre aux objectifs de la transition énergétique de porter à 40 % la part des énergies renouvelables dans le mix électrique en 2030, les réseaux de transport et de distribution continuent d’évoluer pour permettre l’intégration de la production d’électricité renouvelable tout en garantissant la sécurité et la sûreté du système électrique, ainsi que la qualité d’alimentation des consommateurs.

Ces résultats sont issus du Panorama de l’électricité renouvelable, élaboré chaque trimestre par RTE, le Syndicat des énergies renouvelables (SER), Enedis et l’Association des distributeurs d’électricité en France (ADEeF).

De nouvelles données sur l’électricité proposées par RTE dans Open data Réseaux Énergies (ODRÉ)

16-05-2018

La plateforme ODRÉ fournit des données multi-énergies (gaz, électricité) pour déchiffrer le paysage énergétique de nos territoires. Aujourd'hui, RTE qui posséde déjà une plateforme Open Data, va y basculer progressivement l’ensemble de ses jeux de données.
 


A l’occasion de la matinée #ODS Discussions organisée par la société OpenDataSoft sur le thème  "Sans partage de données, la transition énergétique n'aura pas lieu", RTE intervient pour aborder l’importance de la mise en commun des données énergies au service des collectivités, à travers la plateforme Open Data Réseaux Energies (ODRÉ). ODRÉ propose un ensemble de données sur la Production et la Consommation, multi-énergies, ainsi que sur le Stockage, la Météo, les Territoires et les Régions.
ODRÉ améliore régulièrement son offre : ainsi, ce 16 mai, RTE y bascule 34 nouveaux jeux de données issus de son propre site Open Data RTE, qui laissera progressivement la place à ODRÉ d’ici fin septembre 2018. Toutes les données de RTE y seront basculées et le site Open Data RTE pourra alors fermer ses portes, puisque tous ces contenus auront été intégrés à ODRÉ.


Open Data Réseaux Énergies (ODRÉ) est le fruit de la collaboration de GRTgaz, RTE et Teréga (ex TIGF) à l’origine de sa création. Ils ont été rejoints par l’AFGNV, Weathernews France, Elengy, Storengy et Dunkerque LNG. Cette plateforme permet ainsi aux citoyens, collectivités territoriales et acteurs économiques de disposer de données énergétiques contextualisées, et contribue aussi à l’élaboration et l’évaluation des politiques énergétiques.
 

La « french touch » s’impose en Uruguay

15-05-2018

L’approche française en matière de travaux sous tension a convaincu les dirigeants du gestionnaire de réseau uruguayen UTE. Un transfert de compétences piloté par RTE International.

En 2017, des experts de RTE ont été mandatés pour réaliser une étude sur les surtensions affectant le réseau de transport d’UTE (Usinas y Transmisiones Eléctricas, lien ci-dessous). Objectif : identifier des solutions pour maitriser ces surtensions, les modéliser, et ainsi valider la possibilité d’intervenir en travaux sous tension (TST). Le succès de cette première mission a débouché sur un nouveau contrat, qui vient tout juste d’être signé. Durant trois ans, les experts de RTE vont former les équipes d’UTE aux TST « à la française », seule méthode permettant des interventions en cas de tension variable. Une prestation assurée par l’intermédiaire d’EDF International Networks, et pilotée par​ RTE International.

Une méthode qui offre davantage de souplesse

« UTE utilisait jusqu’à présent la méthode américaine, basée sur des modes opératoires “figés” correspondant à une situation donnée, explique Franck Galant, directeur de projets et de développement à RTE International. Cette méthode a fait ses preuves, mais elle offre infiniment moins de souplesse que l’approche mise au point et développée par le Serect. » Les TST à la française donnent en effet la possibilité, grâce aux études réalisées avant chaque intervention, d’inventer des solutions pour adapter les modes opératoires à chaque situation. Une agilité qui permet de travailler quel que soit le niveau de tension de l’ouvrage (de 150 à 500 kV pour ce qui concerne le réseau uruguayen), et même en cas de surtensions.

Une première collaboration prometteuse

Une quinzaine d’experts RTE vont être mobilisés durant trois ans pour former les opérateurs d’UTE. A l’issue de cette formation, très complète, deux équipes lignes TST seront constituées par le GRT uruguayen. « Disposer de ce savoir-faire est un enjeu important pour gérer leurs contraintes d’exploitation et permettre l’insertion des énergies renouvelables« , précise Franck Galant. Pour RTE International, ce premier contrat pourrait déboucher vers d’autres collaborations, que ce soit pour former d’autres équipes ou pour accompagner UTE dans l’évolution de ses méthodes de maintenance lignes et postes.

750 000 euros, c'est le montant du contrat conclu par RTE international afin d'assurer ce transfert de savoir-faire en matière de TST.

Découvrez également

Article

Bilans électriques nationaux

RTE élabore et publie chaque année un Bilan électrique, qui dresse une vision globale du système électrique sur l’année écoulée.
Article

Votre parcours chez RTE

Vous êtes jeunes diplômés, étudiants ou professionnels expérimentés? RTE offre un large éventail de métiers et de parcours professionnels. Pour les découvrir c'est ici !