Toutes les actualités

82 résultats trouvés

Intervention des équipes de RTE en haute montagne

04-10-2018

 

Du 1er au 12 octobre, les équipes de RTE, le Réseau de Transport d’Électricité, et plus particulièrement 40 spécialistes des lignes électriques venus de toute la France, sont mobilisés sur un chantier en haute montagne. Ils interviennent sur une ligne d’interconnexion stratégique reliant la France et l’Italie à 2800 mètres d’altitude. Un chantier d’exception, véritable opportunité de partage de connaissances et d’innovation.

 

La ligne à 400 000 Volts reliant Villarodin (prés de Modane) à Vénaus (près de Turin), est une des 4 lignes stratégiques d’interconnexion entre la France et l’Italie. Des défauts ont été identifiés lors de périodes de givre, c’est pourquoi RTE intervient pour rénover une partie de cette interconnexion côté Français. Ce chantier situé dans le PNR de la Vanoise, a fait l’objet d’échanges avec le PNR et la Mairie de Lanslebourg, dès 2017, afin de répondre aux exigences environnementales du site.

 

40 lignards de RTE, chargés de la maintenance des lignes électriques, habilités et formés à travailler à plus de 40 mètres de hauteur, sont mobilisés pour réaliser ce chantier. Pendant 2 semaines, du 1er au 12 octobre, ils interviendront, à proximité du lac du Mont-Cenis, à des altitudes très élevés, entre 1900 et 2800 mètres. Apprenant et innovant ce chantier est une véritable opportunité pour les lignards venus de toute la France de s’entrainer, et de tester de nouveaux outils et modes opératoires développés par les centres d’expertises et de recherches de RTE.

 

Pour ce chantier, les lignards seront répartis en 5 équipes de 8 personnes, pour réaliser des travaux qui consistent à : remplacer le câble sur une portion de 120 mètres, réparer un câble de garde destiné à protéger la ligne de la foudre et régler les efforts mécaniques par la retente du câble électrique.  Deux hélicoptères sont prévus pour approvisionner le matériel nécessaire, déposer les équipes de RTE dans des zones peu accessibles.

 

Il aura fallu près de deux ans pour préparer ce chantier d’exception,  et un investissement de 500 000 €. Les interconnexions sont stratégiques pour répondre aux enjeux de la transition énergétique dont RTE est un acteur majeur. De plus ce chantier s’inscrit pleinement dans le projet de l’entreprise qui vise à moderniser le réseau existant, en associant compétence et innovation, et en garantissant sécurité maximale et respect de l’environnement.

 

Comment préparer l’avenir tout en préservant le passé

01-10-2018

Vendredi 28 septembre, RTE, l’Inrap et la mairie de Graveson inauguraient conjointement le poste électrique de Montagnette en région Méditerranée. Lumière sur la voie romaine, Via Aggripa, découverte sur ce chantier.

RTE, l’Inrap et la municipalité de Graveson main dans la main

Dans ce territoire connu pour la richesse de son passé antique, le chantier de construction du poste situé à Graveson (Bouches –du-Rhône), a été l’occasion pour RTE de confier à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) une fouille archéologique. Les archéologues ont notamment mis au jour une voie construite à partir du Ier siècle avant notre ère et reconstruite au Ier siècle de notre ère, la Via Agrippa, qui reliait Lyon à Arles.

RTE a fait le choix de modifier l’implantation du poste pour conserver durablement un tronçon de cette voie antique

Aux côtés de la mairie de Graveson et de la Direction Régionale des Affaires Culturelles, RTE a souhaité valoriser ce patrimoine commun et rendre le site accessible au public. La contribution des archéologues de l’Inrap permet aujourd’hui de restituer les recherches menées autour de cette découverte sur des supports pédagogiques, dont une fresque murale de 30 mètres de long !

"L'archéologie c'est faire un lien entre aujourd'hui et le passé. Aujourd'hui nous avons une réserve archéologique grâce à RTE sur ce terrain." Dominique Garcia, Président National de l'Inrap

Le projet en images !

L’inauguration

L’INRAP, la municipalité de Graveson, RTE, mais aussi les élus locaux, les parlementaires et les représentants de l’Etat : tous les acteurs se sont déplacés pour inaugurer ce projet sortant de l’ordinaire. L’occasion pour eux, ainsi qu’une cinquantaine d’écoliers, de découvrir l’histoire de la Via Aggrippa à travers le récit d’un « conteur romain ».


​Inauguration du lieu en présence de François Brottes


​Intervention des écoliers


​Entre voie romaine et poste électrique

 

Mobilités alternatives : RTE poursuit sa lancée

14-09-2018

L’obligation faite aux entreprises de formaliser des plans de mobilité a incité l’entreprise à s’intéresser d’encore plus près aux déplacements de ses salariés. Objectif : favoriser les modes de transport alternatifs à la voiture individuelle.

 

Depuis le début de l’année, les entreprises françaises sont soumises à de nouvelles obligations concernant les déplacements de leurs salariés. La loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte leur impose en effet de mettre en place des plans de mobilité pour tous les sites regroupant plus de 100 travailleurs et situés sur un territoire doté d’un Plan de Déplacements Urbains. « A RTE, cela concerne une quinzaine de sites, précise Hanneke Van der Most, de la direction du Développement durable. Nous travaillons donc, avec les correspondants des sites concernés, pour mettre en forme ces plans de mobilité d’ici à la fin de l’année. »

Optimiser et rationaliser les modes de déplacement

Objectif ? Limiter les impacts environnementaux, la congestion urbaine, l’accidentologie, l’emprise du stationnement sur l’espace, mais aussi améliorer l’accessibilité des sites, notamment pour les personnes peu mobiles. RTE ne part cependant pas d’une page blanche. Depuis 2011, la démarche Trajectoires vise justement à optimiser et rationaliser les modes de déplacement des salariés, qu’il s’agisse de trajets domicile-travail ou professionnels. Et de nombreuses actions ont déjà été mises en œuvre en ce sens : indemnité kilométrique vélo, expérimentations et actions de sensibilisation pour promouvoir la mobilité douce ou le covoiturage, développement du télétravail, etc.

Faire évoluer les comportements

« Ces nouvelles obligations nous incitent à formaliser davantage notre démarche Trajectoires, et à l’enrichir avec de nouvelles initiatives (animation de communautés de cyclistes, concours d’idées pour renoncer à la voiture, utilisation de véhicules électriques pour les trajets professionnels…), poursuit Hanneke Van der Most. Nous travaillons pour cela avec les collectivités locales ou d’autres entreprises, en fonction des opportunités. Toutes ces actions visent à sensibiliser les salariés, à les faire se questionner sur leurs propres habitudes, mais surtout à leur faire découvrir qu’il est possible d’améliorer leur qualité de transport pour leur bien-être. »

Le chiffre : 188 millions de km

C’est, traduit en nombre de kilomètres parcourus par une voiture à moteur thermique, l’équivalent des émissions de gaz à effet de serre générées par les déplacements de personnes dans le cadre des activités de RTE (hors activités héliportées), soit 4 715 tours du monde à l’équateur ! C’est le cinquième poste d’émissions de l’entreprise (après les pertes électriques, le patrimoine, les rejets de SF6 et les chantiers).

Source : Bilan gaz à effet de serre 2014

 https://lemag.rte-et-vous.com/actualites/ca-roule-chez-rte

Inauguration de la nouvelle ligne à 225 000 volts entre Saint-Privat-d’Allier et Saint-Etienne

12-06-2018

Le 7 mars 2018, François Brottes, président du Directoire de RTE, et les maires des 23 communes concernées, ont inauguré la nouvelle ligne à 225 000 volts entre Saint-Privat-d’Allier (Haute-Loire) et Saint-Etienne (Loire). Un projet co-construit avec le territoire grâce à un dialogue permanent concrétisé en amont du projet, depuis les rencontres préliminaires jusqu’à la définition du tracé, en passant par les mesures de protection environnementales mais aussi durant les 3 années de travaux.

GridLink : une interconnexion entre la France et l’Angleterre en projet par un investisseur anglais

09-04-2018

Le projet GridLink

Une interconnexion permettant d’échanger de l’électricité entre la France et l’Angleterre est à l’étude par la société anglaise GridLink. Ce projet, s’il se concrétise, sera financé, développé, construit et exploité par GridLink dans le cadre d’une Nouvelle Interconnexion Dérogatoire (NID)1.

GridLink prévoit la traversée en mer du Nord de deux câbles sous-marins d’une longueur de 146 km.

La liaison se prolongerait en technique souterraine sur 16 km au départ de la digue du Break à Dunkerque. Elle traverserait ensuite les parcelles du Grand Port Maritime de Dunkerque sur les communes de Mardyck, Loon-Plage, Craywick et Bourbourg. Une station de conversion serait créée sur la commune de Bourbourg.

RTE sera chargé d’effectuer les aménagements nécessaires pour raccorder l’interconnexion au réseau public de transport. Des études environnementales, économiques et technologiques ont d’ores et déjà été menées pour trouver la meilleure solution de raccordement.

RTE prévoit de créer à partir de la future station de conversion de GridLink, une double liaison souterraine jusqu’au site électrique RTE de « Warande », situé à Bourbourg. Pour la raccorder, RTE envisage une extension de son site actuel. Le tracé définitif de la double liaison souterraine et les besoins d'aménagement du site électrique de Warande sont à l'étude.

1 Une NID est autorisée par l'union européenne et permet à un investisseur privé de développer, construire et exploiter une interconnexion entre 2 pays voisins sur une durée déterminée. Une NID, au même titre que toute interconnexion, répond aux enjeux d’augmentation de la sécurité d’approvisionnement de l’Europe.

 

Qu’est-ce qu’une double liaison souterraine en domaine agricole ?

De manière générale, une double liaison souterraine est composée de 2 fois 3 câbles. En principe, ces câbles sont enfouis àenviron 2 mètres de profondeur. Une distance minimale de 3 mètres sépare les deux liaisons. Une fois posés dans la tranchée, ils sont recouverts d'un enrobage (sable, craie ou béton ...) puis par les terres précédemment extraites.

Un grillage avertisseur est installé au-dessus des fourreaux pour signaler leur présence.

Une fois la tranchée entièrement rebouchée, le tracé de la liaison est identifié à la surface par des bornes de repérage rouges.

Les étapes du projet GridLink et de son raccordement au réseau.

En savoir plus sur l’interconnexion GridLink :

En savoir plus sur le développement du réseau :

Découvrez également

Article

Bilans électriques nationaux

RTE élabore et publie chaque année un Bilan électrique, qui dresse une vision globale du système électrique sur l’année écoulée.
Article

Votre parcours chez RTE

Vous êtes jeunes diplômés, étudiants ou professionnels expérimentés? RTE offre un large éventail de métiers et de parcours professionnels. Pour les découvrir c'est ici !
Actualite

Plongez au cœur du Voyage Électrique !

Découvrez les projets qui ont marqué RTE en 2017 à travers Le Voyage Électrique, plateforme interactive du rapport d’activité !