En-tête
Image
Cover page projet

Révision du schéma régional de raccordement du réseau des énergies renouvelables (S3REnR) d’Auvergne-Rhône-Alpes

Energies renouvelables
Territoires
arrow
Les Énergies Renouvelables (EnR) progressent chaque jour en Auvergne-Rhône-Alpes. En 2019, l'État a demandé à RTE, Réseau de Transport d'Électricité, d'augmenter la capacité de son réseau en Auvergne-Rhône-Alpes de 7 600 mégawatts (MW). Pour y répondre, les gestionnaires de réseaux électriques ont mené des études afin d'adapter leurs lignes et postes électriques pour faire circuler plus d'EnR. En revanche, cela ne concerne pas la nature des énergies renouvelables à raccorder.

Ce projet s'appelle "S3REnR" : le Schéma Régional de Raccordement au Réseau des Énergies Renouvelables.
Sous-sections
Paragraphes
Image
Couverture vidéo

Solaire, éolien, hydraulique, bioénergies… Pour raccorder ces nouveaux moyens de production au réseau électrique, il peut s’avérer nécessaire de renforcer le réseau existant ou de créer de nouveaux postes et liaisons électriques.


A l’échelle de chaque région de France, le Schéma Régional de Raccordement au Réseau des Énergies Renouvelables (S3REnR) permet d’optimiser les aménagements à réaliser sur le réseau électrique en garantissant à chaque instant son bon fonctionnement.


Le schéma décline l’ambition régionale de transition énergétique à l’horizon 2030. Il présente les aménagements envisagés sur le réseau électrique et les modalités de financement associées.


Le schéma fait l’objet d’une évaluation environnementale. Cela permet d’intégrer les enjeux environnementaux très en amont de la phase de mise en œuvre des projets d’aménagement du réseau électrique.

 

Le S3REnR en images

 

Image
Couverture vidéo

Les énergies renouvelables en Auvergne-Rhône-Alpes

Image
Les enr en région auvergne rhone alpes

 

Fin 2019, près de 13 445 mégawatts de capacités de production d’énergie renouvelable sont raccordés sur le réseau électrique en Auvergne-Rhône-Alpes, cela représente 48% de nos capacités installées en région.


La région Auvergne-Rhône-Alpes est notamment la première région française pour le volume de production hydraulique raccordée. 


A l’horizon 2030, l’ambition régionale retenue par l’Etat pour l’élaboration du S3REnR Auvergne-Rhône-Alpes est la création de 7 600 MW de capacités de raccordement. Cette ambition est cohérente avec la dynamique régionale de développement des énergies renouvelables, avec les ambitions retenues par l’Etat dans le projet de Programmation pluriannuelle de l’énergie et celles retenues par la Région dans le projet de Schéma régional d’aménagement de développement durable et d’égalité des territoires (SRADDET). 

 

Adapter le réseau électrique

 

Le réseau électrique s'est bâti historiquement pour transporter une électricité produite à partir de sites de production centralisés : hydraulique, thermique, nucléaire, ... Cette production a la particularité d'être continue et disponible à la demande. En revanche, les énergies renouvelables se caractérisent souvent par leur production fluctuante (le soleil pour les panneaux solaires, le vent pour les éoliennes) et sont disséminées sur le territoire. L'électricité ne se stockant pas, le réseau électrique doit devenir plus flexible pour faire face à des flux d'électricité de plus en plus variables. Sa structure doit également évoluer pour aller chercher l'électricité produite sur de nouveaux sites de production et l'acheminer jusqu'aux consommateurs.

 

Les aménagements envisagés sur le réseau électrique
 

Image
Carte

Les gestionnaires de réseau disposent de trois leviers pour aménager le réseau et atteindre les objectifs fixés par le S3REnR.
•    Le recours aux équipements numériques pour rendre plus performant le réseau électrique et ainsi limiter les besoins d'évolutions.

•    Le renforcement du réseau existant, par exemple : en installant des transformateurs plus puissants dans les postes électriques, ou en remplaçant les câbles de certaines lignes électriques aériennes par des câbles plus performants.

•    La création de nouveaux ouvrages c'est-à-dire des postes ou des lignes électriques.

Image
Chiffres aménagements

 Le schéma définit les modalités de financement de ces investissements, au travers d’une quote-part régionale unique payée par les producteurs d’énergie renouvelable et au travers de financements à la charge des gestionnaires de réseau financés par le TURPE (Tarif d'Utilisation des Réseaux Publics d'Électricité).

 

Les étapes d’élaboration du S3REnR

Calendrier prévisionnel du S3REnR Auvergne-Rhône-Alpes :

Image
s3renr-aura-planning

Votre avis nous intéresse ! 

 

Du 5 octobre au 31 décembre 2020, vous avez la possibilité de prendre connaissance de ce schéma et de formuler vos observations et vos propositions sur cette plateforme de concertation ou lors des rencontres physiques et numériques organisées.

 

  • Pourquoi participer à la concertation ?


•    Pour comprendre les enjeux liés à l’adaptation du réseau électrique en lien avec la transition énergétique ;


•    Pour prendre connaissance des projets d’aménagement du réseau électrique envisagés sur le territoire ;


•    Pour exprimer ses attentes sur les modalités de mise en œuvre des projets envisagées dans le schéma.
 

  • Comment participer ? 


•    Pour consulter le projet de schéma
Le projet de schéma est mis en ligne sur une plateforme numérique de concertation: 

www.s3renr-aura.fr  
 

•    Pour donner son avis :


Le public peut adresser ses contributions via la plateforme numérique de concertation, par mail, téléphone, ou par courrier postal.

Par mail : rte-s3renr-aura@rte-france.com

Par téléphone : 04 27 86 28 29

Par courrier : 

Concertation SREnR AuRA
RTE - Centre Développement Ingénierie Lyon
Service Concertation, Environnement, Tiers
1 rue Crepet 69007 Lyon

 

Une concertation avec garants

 

RTE a pris la décision de réaliser une concertation avec garants auprès de la Commission nationale de débat public (CNDP). La CNDP a nommé au 2 avril 2020, deux garants dont la mission est de veiller aux principes fondamentaux de la participation :

•    le respect des principes du droit à l’information et à la participation du public reconnus par la réglementation française (Convention d’Aarhus, Charte de l’environnement, Code de  l’environnement) ;


•    tout en étant en lien avec le maître d’ouvrage, l’exigence d’une totale indépendance et neutralité ;


•    le respect des principes et des valeurs de la CNDP : indépendance, neutralité, transparence, égalité de traitement et argumentation.

Pour toute question relative à la concertation, vous pouvez contacter les deux garants :


Davide Chevallier : david.chevallier@garant-cndp.fr


Jean-Luc Campagne : jean-luc.campagne@garant-cndp.fr