Image
Visuel mer de sud atlantique
Image
Visuel mer de sud atlantique

Projet éolien en mer en Sud-Atlantique

Projet
Nouvelle Aquitaine
arrow
La France s'est engagée à atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050. C’est un objectif ambitieux et exigeant. Pour y parvenir, le mix de production doit évoluer et il est indispensable de développer significativement les énergies renouvelables, en particulier par le développement de l’éolien en mer.
Sous-sections
Paragraphes

La France s’est fixée des objectifs ambitieux en matière de développement des énergies renouvelables, en cohérence avec les objectifs européens. La loi énergie climat prévoit ainsi de porter leur part à 40 % en 2030 pour la production d’électricité.

C’est dans ce cadre que l’État souhaite réaliser un nouveau parc éolien en mer en France, positionnée sur la façade Sud-Atlantique. Ce projet aboutirait à la construction du 16e parc éolien en mer français.

Un débat public organisé par la CPDP s’est tenu entre 2021 et 2022 ; RTE, en tant que futur maître d’ouvrage du raccordement, y a été étroitement associé. Fin juillet 2022, le Ministère de la Transition Énergétique a annoncé avoir retenu une zone de 180 km2 située à environ 40 km des côtes de l’île d’Oléron, d’une capacité de 1 000 MW environ, pour un parc éolien en technologie posée. Ce premier parc pourra être complété ultérieurement d’un second parc d’environ 1 000 MW dans une zone de 250 m2. Ce second parc pourra être situé encore plus au large avec une technologie qui pourra être flottante ou posée en fonction d’études préalables

La décision ministérielle a opéré deux choix pour le projet de raccordement du projet éolien en mer : d’une part, sa technologie, le courant continu, qui permet, d’acheminer de plus grandes quantités d’électricité (1GW) sur de plus longues distances (plus de 130 km ici), d’autre part, le choix de l’aire d’étude par le Nord de l’Île d’Oléron.

En effet, cette zone ne présente pas de contraintes majeures de faisabilité et permet d’implanter les ouvrages sur un littoral déjà artificialisé, alors que la variante par le Sud de l’Ile d’Oléron, envisagée en phase de débat public, présente des contraintes techniques (dynamique hydro sédimentaire et évolution du trait de côte dans la zone de l’estuaire1) et réglementaires (forêt de protection) incompatibles avec la pose de câbles électriques. Depuis la zone éolienne en mer retenue par l’État pour un parc d’environ 1 000 MW, la zone d’étude du raccordement rejoint ainsi le continent entre La Rochelle et Châtelaillon-Plage, pour aller chercher le réseau de transport d’électricité 400 000 volts situé entre le sud de Niort (Deux-Sèvres) et le nord de St-Jean d’Angély (Charente-Maritime). Elle concerne 93 communes, 5 intercommunalités et le territoire de deux départements (Charente-Maritime et Deux-Sèvres), en Nouvelle-Aquitaine.

La concertation s’est poursuivie sur le projet décidé par l’État et plus particulièrement pour RTE sur la partie raccordement. Depuis l’automne 2022, des rencontres avec l’ensemble des parties prenantes et de premières études techniques et environnementales ont permis d’éclairer le choix des zones pour le raccordement électrique. Pour la partie terrestre, un pré diagnostic terrestre a été mené au printemps 2023 afin de compléter les connaissances disponibles des grands enjeux du territoire. Pour la partie maritime, des campagnes in situ des fonds marins ont débuté à l’été 2023 afin de pouvoir éviter au mieux les habitats benthiques à enjeux dans la définition du fuseau du passage du câble en mer.

La concertation relative au raccordement dite « Fontaine » implique l’ensemble des parties prenantes du projet (élus, associations, acteurs professionnels, gestionnaires….) afin de définir le fuseau de moindre impact pour le passage de la liaison électrique et l’emplacement de moindre impact pour l’implantation des postes électriques constituant le raccordement du parc éolien. Une réunion plénière présidée par M. le préfet de Charente-Maritime aura lieu au premier semestre 2024 pour arrêter ce fuseau.

Zone retenue du projet éolien en mer en Sud-Atlantique

Image
Zone retenue du projet éolien en mer en Sud-Atlantique

En quoi consiste le projet de raccordement ?

Responsable du Réseau de Transport d’Électricité en France, RTE est chargé de raccorder le futur parc éolien en mer au réseau public de transport d’électricité. Depuis la loi du 30 décembre 2017, RTE a vu son périmètre de responsabilité s’étendre à la construction, au financement et à l’exploitation du poste électrique en mer.

Depuis la plateforme en mer, l’énergie produite par les éoliennes est transportée jusqu’au réseau public de transport d’électricité terrestre grâce à des liaisons électriques sous-marines et souterraines.

Le schéma du raccordement électrique 

Image
Schéma de fonctionnement d’un parc éolien en mer et de son raccordement

Le raccordement sera réalisé en technologie courant continu, compte tenu des puissances et des distances retenues. RTE recherchera la meilleure solution de raccordement pour ces parcs en favorisant la mutualisation des infrastructures de réseau. La zone de raccordement retenue en mer et à terre correspond à la zone de raccordement par le nord de l’île d’Oléron.


1 Voir l’analyse hydrosédimentaire et morphodynamique menée par Actimar pour RTE et la DGEC (février 2022) - (PDF - 10 Mo)

Filtrer
Mot clé
Catégories
Date
Trier par pertinence
15 documents
Date (field_document_date_2)
Paragraphes

Découvrir la page « façade Sud Atlantique » sur le site de l’État

Filtrer
Vous êtes
Région

Anne-Laure FONTANAUD

Ouest