Vignette
Image
Ouvrage Venaus Villarodin
En-tête
Image
Ouvrage Venaus Villarodin

Miser sur l’éco-conception

Institutionnel
Transition énergétique
arrow
Face à l’ampleur et à l’imbrication des défis environnementaux, RTE a initié une démarche ambitieuse et globale d’éco-conception. Son objectif : diffuser dans l’entreprise la culture et les outils de l’éco-conception pour qu’il devienne naturel de prendre en compte l’impact environnemental dans chaque décision, au même titre que les critères techniques et économiques.
Paragraphes

L’éco-conception se caractérise par une vision globale du cycle de vie d’un projet. Elle commence par un dimensionnement au plus juste du besoin. Et elle prend en compte toutes les étapes de la vie des produits, depuis l’extraction des matières premières jusqu’au traitement en fin de vie, en passant par la fabrication, le transport, la logistique et l’utilisation.

Anne-Sophie Desaleux
Pilote de la démarche éco-conception

Cette approche globale permet aussi de réduire l’empreinte simultanément sur plusieurs impacts. Pour chaque solution étudiée, nous devons être attentifs à l’intensité énergétique, aux émissions de gaz à effet de serre, mais également à la sobriété en ressources, aux effets sur la biodiversité, ou encore à la valorisation des déchets.

Image
Paysage avec ouvrage RTE
Interview of Anne-Sophie Desaleux, Eco-design pilot at RTE

Pour RTE, la première étape consiste à déployer un processus de management de l’éco-conception afin de transformer en profondeur les pratiques. Un vaste travail de sensibilisation, de formation, de responsabilisation et d’évolution du cadre de prise en compte de l’environnement a ainsi été entrepris. Ce déploiement s’appuie sur des expérimentations grandeur nature qui permettent de préparer la suite. La seconde étape consistera en la mise à disposition d’outils et de référentiels dans les équipes, pour démultiplier les expériences réussies.


La démarche compte déjà des succès en terme d’empreinte : RTE intègre aujourd’hui un prix interne du carbone dans ses choix de développement de réseau. Cela permet de renforcer le critère carbone dans les décisions afin de diminuer l’impact du système électrique sur le changement climatique. Autre exemple : une étude d’analyse de cycle de vie (ACV) a été utilisée pour une politique de retrait des liaisons souterraines, qui a opté de fait pour la solution ayant le moins de conséquences sur l’environnement. Ou encore : les fournisseurs du marché des bâtiments de postes électriques ont été incités à progresser dans la diminution de leur empreinte par des exigences et des critères de mieux-disance qui ont été élaborés suite à une analyse d’éléments adoptant une approche cycle de vie. Il valorise notamment le béton bas carbone. D’autres marchés sont menés en coûts de cycle de vie, c’est-à-dire par exemple intègre le prix des pertes électriques.

Un exemple d'éco-chantier

Situé à proximité d’Annemasse (74) non loin de la frontière Suisse, le nouveau poste 225 000 / 63 000 volts de Juvigny va appuyer la forte croissance économique de la zone en développant le réseau électrique. Juvigny, c’est aussi un éco-chantier inédit avec différentes mesures pour préserver la biodiversité tout au long des travaux.
En plus des 49 engagements environnementaux transmis à tous les prestataires, Juvigny est un éco-chantier, situé dans un bois classé de la commune de Juvigny.


Un éco-chantier, c’est quoi ? Il s’agit d’un chantier exemplaire en matière de gestion des ressources et de protection de l’environnement. Juvigny en est un exemple concret. Lors du déboisage et du dessouchage, les souches d’arbres ont été broyées sur place et utilisées comme « paillage » sur les espaces verts de la ville ou comme base de décoration pour des artistes locaux. Quant au bois, celui-ci a été valorisé en scierie ou en bois de chauffage en fonction de sa qualité. « Les déchets végétaux et les terres sont valorisés au maximum sur le chantier et à proximité, on limite ainsi l’empreinte carbone », affirme Carole Gachon, apprentie ingénieure sur ce projet. RTE s’est engagé à respecter un taux de valorisation de 75 % pour ses déchets au niveau national. Pour le service DI (Développement Ingénierie) à Lyon, le taux est actuellement de 69 %.


Nos engagements vis-à-vis de l’environnement ne s’arrêtent pas là et vont au-delà de la gestion des déchets. Avec la LPO, l’ONF et d’autres organismes, RTE va replanter des arbres et construire des mares pour accueillir des amphibiens, dont le sonneur à ventre jaune (un petit crapaud mesurant en moyenne 4 à 5 cm à l’âge adulte). L’ensemble de ces actions vise à préserver la biodiversité sur le site.