Vignette
Image
 Biodiversité sous les lignes RTE
En-tête
Image
 Biodiversité sous les lignes RTE

RTE engagé en faveur de la préservation de la biodiversité terrestre et marine

Institutionnel
Environnement
arrow
Depuis 2012, RTE est reconnu au titre de la Stratégie Nationale Biodiversité (SNB) à la fois pour ses actions de préservation de la biodiversité, ainsi que pour l’amélioration, la valorisation et la communication des connaissances sur la biodiversité.
Paragraphes

En juillet 2018, dans le cadre de l’initiative act4nature, RTE a renforcé son engagement en signant, aux côtés de 64 autres grandes entreprises françaises, dix engagements communs en faveur de la biodiversité.


RTE a rejoint en décembre 2019 le dispositif Entreprises engagées pour la natureact4nature France et a soumis son plan d’actions en faveur de la biodiversité 2020-2024. Les actions proposées s’inscrivent dans la continuité des engagements déjà pris par RTE et confirment sa volonté d’agir pour la préservation des milieux naturels, de la biodiversité et des paysages.


Avec 90% de ses installations situées en pleine nature, RTE a à cœur d’intégrer ses ouvrages et activités dans l’environnement. RTE tient compte des enjeux écologiques dans chacune de ses décisions et met en œuvre des actions pour préserver et restaurer la biodiversité. Ainsi, le réseau électrique offre, par exemple, l’opportunité de développer des corridors verts sous les lignes et de créer des réservoirs de biodiversité dans les sites industriels et tertiaires.

Favoriser la biodiversité sous les lignes électriques


RTE œuvre depuis plusieurs années pour transformer en corridors écologiques les emprises de ses lignes électriques, dont 20% se trouvent en milieu forestier. En partenariat avec des gestionnaires d’espaces naturels et des acteurs de la biodiversité, RTE a aménagé près de 1 200 hectares de surface cumulée à fin 2019. Son objectif est d’atteindre 2 300 hectares à fin 2024, d’espaces plus favorables à la biodiversité. Plantation de lisières étagées, gestion par pâturage ou par fauche, restauration de milieux ouverts (landes, tourbières), aménagements pour la faune sauvage, méthodes de coupe sélective… sont autant de pratiques innovantes qui permettent, par exemple, à certaines espèces menacées d’être préservées (l'Azuré des Mouillères par exemple en Pays-Basque avec le Conservatoire d’espaces naturels d’Aquitaine).

Cette gestion alternative de la végétation sous les lignes aériennes a été expérimentée avec l’homologue belge de RTE, ELIA, dans le cadre d’un programme européen LIFE  (2011-2017), sous 150 kilomètres de lignes en Wallonie et sur sept sites en France . Au bout de six ans, il a été constaté que ces pratiques ont souvent permis de passer d’une biodiversité « ordinaire » à une biodiversité « remarquable ». Les animaux domestiques et sauvages peuvent, grâce à elles, profiter d’une flore riche et diversifiée. Le tout, en réduisant les coûts de maintenance, en garantissant la sécurité du réseau électrique et en établissant des partenariats locaux pérennes.

Image
Projet LIFE - végétation sous les lignes

Depuis 2018, RTE étend ces aménagements grâce au projet « BELIVE » (Biodiversité sous les lignes par la valorisation des emprises) mené sur 200 hectares dans trois régions :

  • le Nord-Est : RTE travaille en étroit partenariat avec le Parc naturel régional des Ardennes, reconnu site pilote pour la biodiversité par l’État ;
  • la Méditerranée et l’Ouest, où RTE entend concilier déploiement de réseaux électriques intelligents (Smart grids) et gestion intelligente de la végétation par ses capacités à s’autoréguler.


RTE vise à déployer BELIVE sur tout le territoire, avec 30 hectares aménagés dans chacune des quatre autres entités régionales de l’entreprise à partir de 2021.

Protéger les oiseaux et les insectes pollinisateurs

Soucieux d’améliorer la cohabitation de ses infrastructures avec les oiseaux, RTE équipe ses lignes électriques « à risques » de dispositifs anti-collision et anti-électrocution : 5,5 % de son réseau est doté de balises visibles par les oiseaux, dont près de 20% des lignes passant en « zones de protection spéciale », territoires faisant l’objet de mesures particulières de conservation des oiseaux. Quelque 12 600 dispositifs anti-électrocution sont déployés sur les pylônes. Par ailleurs, 72 plateformes pour la nidification des cigognes ont été installées ainsi que 11 installations pour sécuriser les nids de balbuzards pêcheurs. RTE travaille notamment en partenariat avec la Ligue de protection des oiseaux (LPO) sur ces programmes. Pour aller plus loin, RTE teste dans le cadre du projet de recherche EIDER des moyens automatisés de détection d’oiseaux (radars, caméras).

Image
Pose de balises avifaunes à l'aide d'un bicycle

RTE est également engagé en faveur des insectes pollinisateurs depuis 2016, dans le cadre du Plan national d’actions « France, Terre de pollinisateurs ». L’entreprise a participé à des expérimentations menées par l’association Hommes et Territoires dans les grandes plaines de culture. Les pieds de pylônes, s’ils sont bien aménagés, peuvent en effet être une source de nourriture et d’abris pour la petite faune et de nombreux insectes pollinisateurs. Des mélanges de graines pour restaurer des bordures de champs et des pieds de pylônes par semis de fleurs sauvages ont ainsi été testés afin de créer une continuité écologique, par pas japonais, pour la faune et la flore en milieu agricole intensif.  En outre, RTE développe actuellement un prototype d’hôtel à insectes à installer sous les bornes de signalisation des câbles électriques souterrains. Enfin, plusieurs aménagements ont été réalisés en faveur des insectes pollinisateurs sauvages sur des sites tertiaires, principalement urbains, avec des plantes mellifères, dont la provenance locale a fait l’objet d’une attention particulière.

Anticiper pour préserver la biodiversité marine


Dans un très proche avenir, RTE va raccorder les parcs éoliens en mer, en posant des câbles électriques sous-marins, et également construire et exploiter les plateformes électriques en mer, à partir du projet de parc éolien offshore de Dunkerque. Pour mener à bien ces chantiers en assurant la préservation de l’environnement, RTE a lancé plusieurs projets de R&D afin d’étudier et de maitriser leurs impacts potentiels sur les écosystèmes. Il s’agit, pour chaque étape du cycle de vie de ces ouvrages (construction, exploitation, maintenance, démantèlement), de proposer des solutions afin d’éviter ou de réduire leurs incidences sur la faune et la flore des fonds des mers. Ces recherches sont menées en partenariat avec de nombreuses structures comme TBM environnement, l’Ifremer, le CNRS, France Energies Marines (l'institut national de référence de recherche sur les énergies marines renouvelables), ou encore l’Université de Bretagne occidentale.


En 2019, RTE a lancé en collaboration avec le CEEBIOS, un projet de recherche innovant « BIOMIM – Lignes de vie marine », qui s’appuie sur les principes du biomimétisme, une première dans le domaine de l’éolien offshore. L’objectif est de s’inspirer de la nature pour produire des solutions sobres en ressources recyclables et si possible régénératrices des milieux naturels marins. Ici, il s’agit de doter les câbles électriques sous-marins de propriétés naturelles « anti-fouling », qui empêcheraient des organismes vivants de s’y accrocher et de l’alourdir. La peau de requin est un exemple d’inspiration puisqu’elle possède une multitude d’écailles dentées, par exemple.

Atteindre l’objectif « zéro-phyto »  (sans désherbant chimique) de nos sites industriels et tertiaires


RTE est engagé depuis 2010 dans une démarche « zéro-phyto » ambitieuse. L’entreprise a décidé d’accélérer l’élimination des produits phytosanitaires pour l’entretien de ses sites industriels et tertiaires. C’est chose faite pour l’entretien de tous ses sites tertiaires depuis 2018 et dans les nouveaux postes électriques depuis 2019. Objectif : 65% des postes en « zéro-phyto » d’ici 2022, avec un déploiement de solutions alternatives d’aménagement et d’entretien de la végétation (choix d’une végétation spécifique, éco-pâturage, paillage minéral…).

Image
Stratégie zéro-phyto